Vidéo

A vous, mes petits miracles

Traduction trouvée sur le net.

« J’erre, je rampe.

Je suis à deux pas de tomber.

Je ne peux pas faire semblant d’aller bien.

Je suis lourde.

Je suis lasse, je ne pense pas clairement.

Je ne peux pas faire semblant d’avoir trouvé une terre inébranlable

Depuis que tu es dans les parages.

Je cours.

Je me cache, j’ai peur que tu ne me trouves jamais…

Je me suis toujours sentie perdue dans la foule.

Je descends, je me noie.

J’ai si peur de perdre. Je ne sais plus où donner de la tête.

Depuis que tu es dans les parages.

Je suis absurde et folle,

Je pense juste que peut-être

J’ai encore beaucoup de choses à comprendre.

Je gagne, je perds.

J’ai peur de ne jamais choisir…

Mon cœur battait si lentement,

Avant que tu ne sois dans les parages. »

Ca y est, depuis samedi j’ai enfin réalisé qu’il y a deux bouts de nous en moi. Je pense que c’est le fait que, s’ils sont toujours en vie, ils peuvent désormais s’accrocher. Et je réalise peu à peu que leur faible existence me donne des ailes, et que je n’ai vraiment pas envie de vivre sans eux. A l’idée de les perdre, je me sens déjà profondément triste. Avant eux, comme le dit cette chanson, mon coeur battait si lentement ! J’espère de tout mon coeur que le miracle va s’opérer, même si je suis prête à aller vers le don et que tout est prêt, j’espère que je devrai tout annuler… . Que le Ciel m’entende !

Publicités

Comment est-ce possible?

Je ne parviens pas à réaliser que j’ai deux embryons en moi depuis hier. Je n’y arrive pas.

Je sais que le transfert a eu lieu, j’étais bien là, mais c’est comme si tout en moi s’était déconnecté. Aux deux autres transferts, j’étais euphorique, je n’arrêtais pas de parler à mes embryons chéris, je leur disais tout mon amour pour eux. Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à leur parler?

Je me surprends à poser les mains sur mon ventre, mais c’est purement inconscient. Putain de merde (oui, rien que ça), qu’est-ce qui se passe???

Il y a des mininous en devenir, deux petits miracles qui se démènent pour vivre et s’accrocher, et moi…je n’arrive pas à les encourager, je n’arrive même pas à prendre toute la mesure de leur petite existence pourtant bien réelle. Comment est-ce possible?

Moi qui surfais sur internet à mes heures perdues de larve canapéïque pour connaître les fameux symptômes précurseurs d’une grossesse (quelle blague, tout le monde sait que c’est très aléatoire, mais tout le monde regarde quand même !), eh bien si je me connecte à la toile c’est pour mettre en place toutes les démarches pour la Belgique, sans parler des multiples appels. Moi qui me ménageais, qui ne me levais que pour le strict minimum, qui faisais attention à ne pas manger tout et n’importe quoi ; je me vois faire un peu de ménage (quand Loulou n’est pas là, il me lapiderait sinon), manger des repas juste pas du tout équilibrés, et quand mon Loulou me dit : » hey, mollo quand même, tu as nos bébés en toi ! », je lui réponds du tac-au-tac : « oui ben, ils sont même pas à j5 donc pas possible qu’ils s’accrochent pour le moment. Je peux donc encore me permettre de vivre mon quotidien comme d’habitude ». Ca le surprend, ça le peine, et ça me ressaisit : « je vais faire attention, je te le promets ». Et j’essaye au mieux de tenir ma promesse.

J’ai envie de pleurer….je suis un monstre de les laisser comme ça, de ne pas prendre la peine de m’attacher à eux, comme si c’était foutu. C’est dégueulasse de leur faire ça, peut-être que pour vous c’est ridicule car ils ne sont que de simples cellules sans coeur, mais ces cellules sont vivantes, ces cellules sont le fruit de notre amour, et ces cellules sont des bébés en formation, quelque soit leur stade de développement. Ca me crève le coeur….et je me sens perdue…en total dénie alors qu’en même temps je crois que c’est possible que ça fonctionne.

COMMENT EST-CE POSSIBLE, TOUT CA??