Quelqu’un s’y connaît en cortisone et bilan sanguin?

Bon, je commence à avoir quelques résultats. Je prends de la cortisone (20mg/jour) pour calmer d’éventuelles cellules hostiles à l’arrivée d’un bout de choux, donc forcément ça influence les résultats, mais à quel point? Ca me stresse là au niveau des leucocytes, je ne sais pas si la cortisone entraine une hyperleucocytose. Et j’ai en plus l’impression qu’au niveau de ma coagulation, c’est pas tip top. Est-ce qu’il y a un doc parmi vous pour m’aider? ou quelqu’un qui s’y connait? (oui je fais chier, totalement d’accord, mais un samedi soir va-t-en trouver qqn pour t’expliquer tout^^)

HEMATIES par mm3 . . . . . . 4.930.000 (3800000 à 5400000)

Hémoglobine en g%. . . . . 15,1 (12,5 à 15,5)
Hématocrite en % . . . . . 42,6 (37,0 à 47,0)

V.G.M. en micron3. . . . . 86,4 (82,0 à 98,0)
T.C.M.H en pcg . . . . . . 30,6 (27,0 à 32,0)
C.C.M.H en % . . . . . . . 35,4 (32,0 à 36,0)
INDICE DE DISTRIBUTION . . 12,8 (11,0 à 16,0)

LEUCOCYTES par mm3 . . . . . 10.110 (4.000 à 10.000)

Poly. neutrophiles . . . 52,8 % 5338 /mm3 (1500 à 7500)
Poly. éosinophiles . . . 1,0 % 101 /mm3 (inf. à 500)
Poly. basophiles . . . . 0,4 % 40 /mm3 (inf. à 200)
Lymphocytes. . . . . . . 37,2 % 3761 /mm3 (1000 à 4000)
Monocytes. . . . . . . . 8,6 % 869 /mm3 (200 à 1000)
18/03/14
PLAQUETTES par mm3 . . . . . 196.000 (150.000 à 400.000)

COMMENTAIRES DE L’HEMOGRAMME
Présence d’une leucocytose

TAUX DE PROTHROMBINE

Taux de prothrombine . . . . . 80 %
I.N.R. . . . . . . . . . . . 1,2
ZONE THERAPEUTIQUE
INR < 1,2 Absence de traitement
INR : 2-3 Prevention et traitement des thromboses veineuses
INR : 3-4,5 Prophylaxie des embolies artérielles systémiques

TEMPS DE CEPHALINE KAOLIN

Temps du témoin. . . . . . . 28.8 sec 
Temps du patient . . . . . . 26.6 sec
Rapport patient/témoin . . . 0,92 (Normal: 0,90 à 1,10)

Déficit possible en facteur de la voie endogène
si sup à 1,20 chez l’adulte et 1,30 chez l’enfant
Un rapport inf à 1,00 n’a pas de signification biologique

ANTITHROMBINE III. . . . . . . 0,34 g/l
soit en activité biologique. 114 % (80 à 120)

ENFIN !

Depuis décembre, je fais des pieds et des mains pour avoir ne serait-ce qu’un petit bilan de coagulation, essayer de comprendre ce qui a bien pu se passer. 

Mon médecin traitant, il faut le savoir, est du genre à te prescrire de la cortisone en veux-tu en voilà, mais pas un simple bilan FC. J’ai essayé, bataillé, lui ai dit je ne sais combien d’arguments : un NON catégorique, et une excuse à la con comme quoi ça me coûterait une blinde en plus de faire un tel bilan. 

Sauf que, ça aussi il faut le savoir, Titpouce est croisée avec une tête de mule turc ! alors quand on est allé à la Maison des Lutins, elle a voulu aborder avec le Beau gosse le sujet délicat, lui demander quelles théories il avait lui. Pour lui, à ce stade, un problème de coagulation est tout à faire possible. Il me dit : « mais vous avez eu un bilan de coagulation? » 

Eh bien non ! Alors comme je suis décidément hyper hyper têtue, j’élabore un plan d’attaque qui se veut infaillible^^ je sais que Dame Lapin a eu un bilan de coa, alors je lui ai demandé la liste complète. Puis je suis allée voir le remplaçant de mon doc, qui vient tous les jeudis. Lui, il est pro, il est passé par la pma (heureux papa de jumeaux en IAC1, la classe) et comprend que là je suis loin de blaguer et suis prête à tout pour avoir cette putain d’ordonnance. 

Et ô miracle, je l’ai eue !!!!!!!!!! et contrairement à ce que m’a dit mon doc, tout a été pris en charge (je reviens tout juste du labo, à peu près 8 tubes pour tout le bilan, je suis…vidée^^). Et en plus de ça, j’ai droit aussi à 10 séances de drainage lymphatique pour mes jambes qui n’ont pas du tout supporté les hormones gonalesques (j’arrive pas à me débarrasser d’une zone de rétention, un vrai chameau jte le dis 😀 ), toutes prises en charge par la sécu aussi – je le précise car pendant ma grossesse j’avais demandé à avoir ces séances-là à mon doc qui m’a répondu « ok mais c’est pas remboursé », donc je n’y étais pas allée car on était un peu short financièrement…- premier rdv fixé au 7 mai.

 

Bilan : j’ai envie de baffer mon doc, mais je garde que le positif : j’ai fait cette pds, j’ai des séances de drainage, et je suis à DPO7 🙂

Echo de contrôle

J’ai eu rendez-vous à 15h30 avec mon gynéco Mister Bogoss. Ce rendez-vous avait été planifié il y a 2 mois de cela, pour le suivi de ma grossesse. Ca a été très dur d’attendre au milieu de femmes enceintes (dont une qui ne cessait de se plaindre, j’avais envie de lui faire bouffer un speculum pour qu’elle se taise), heureusement que Loulou était là, il vient toujours avec moi à mes rendez-vous, c’est un amour.

Gygy d’amour (entre l’ostéo et gygy, mon coeur balance^^) a été mis au courant de mon hospitalisation, et a rassemblé toutes les informations et les échos qui avaient été faites pour que tout soit à jour. Sa première phrase m’a montré à quel point il se souciait réellement de moi : « Bon…comment ça va? », moi les yeux baissés prête à pleurer, lui « je comprends, ce n’est pas du tout facile à vivre. Nous allons voir ce que dit l’écho, espérons que tout soit ok pour reprendre les essais ». 

Nous sommes donc passés à l’écho, et ça a été très rassurant : plus aucun débris, un endomètre à 5mm, pas de kyste sur les ovaires, l’utérus a repris sa taille initiale. Gygy d’amour m’a donc dit que l’on pouvait reprendre les essais dès qu’on le sentait, après le retour de couches bien sûr. Il a aussi confirmé ce qu’a dit La Magicienne, et M. Paillasson (mais oui, tu sais c’est le médecin con qui m’a reproché d’être hospitalisée un 24 décembre ! Il avait des sourcils de ouf, jamais vu ça !) : il n’y a aucune raison qu’une fausse-couche réitère, c’est rarissime. Si jamais par malheur, acharnement, malédiction ça devait arriver encore, il m’a promis qu’on ferait tous les examens nécessaires pour comprendre ce qui se passe. 

 

Gygy d’amour m’a aussi assurée de son soutien, et que si j’avais besoin de quoi que ce soit, je pouvais l’appeler ou venir le voir directement. Voilà, j’ai eu le coeur vraiment serré, mon tout petit je pense tellement à toi….mais mon petit amour, maman continue de se battre, et se promet de tenir bon. Alors ce que je veux retenir, c’est que tout va bien, et qu’on peut recommencer dès qu’on le veut.

Bilan et résolutions !

LE bilan :

– choc anaphylactique en mai

– FIV ICSI 2 ratée >> virés « poliment » de notre EX-pma en juin

– Petite Pinoute Bisou qui rejoint le paradis des lapinous en juin

– vacances au Portugal catastrophiques, virés par la famille Portugaise (j’adooore ma vie) en juillet

– Nous tombons amoureux de la Belgique qui nous offre enfin une aventure humaine et plus de possibilités pour avoir bébé (août)

– Petite Pinoute Mousse part rejoindre Bisou en septembre

– bébé est enfin là au creux de moi en fin octobre.

– j’apprends la grossesse inattendue…de ma belle-soeur en début novembre.

– bébé fait partie des étoiles en décembre.

Ca, c’est le bilan de MEEEERDE… . Mais je ne regrette pas cette année, où j’ai aimé chaque jour plus intensément mon Loulou, où nous avons toujours plus appris l’un de l’autre, où nous avons acquis une force et un courage pour continuer notre parcours au-delà des frontières et des préjugés, où j’ai porté mon ange au creux de moi, où nous avons rêvé et commencé de beaux projets en amoureux, où j’ai ouvert mon blog et découvert et rencontré des pmettes génialissimes !! A commencer par Lisette, puis Tinkie, Ptit Hérisson, et enfin Little Wife (merci encore pour ce très très beau moment, toi et ton chéri vous êtes vraiment choux et gentils comme tout, faut trop qu’on se revoit !). 

 

Mes résolutions maintenant :

n°1 : effacer malencontreusement ET bloquer les numéros des grognasses enceintes en C1 qui m’ont dit de me bourrer la gueule (désolée pour la vulgarité…) pour oublier ma tristesse, et que c’était bien triste ce qu’il nous arrivait, mais la nature est juste !

 

n°2 : écrire chaque jour quelque chose qui m’a apporté du bonheur, même un tout petit rien.

n°3 : pimenter la vie avec des surprises pour mon Loulou, casser l’habitude qui s’installe bien trop vite.

n°4 : refaire la façade de Dame Nature. Cette connasse me casse bien les catagnettes depuis trop longtemps. Il est temps qu’on cause.

n°5 : vous rencontrer, organiser des petites rencontres pour qu’on partage toujours plus cette belle amitié entre nous.

n°6 : passer le certif pour conduire une 125 🙂 Loulou est super sexy sur sa moto, mais il est temps que je me la pète un peu aussi^^

n°7 : sport, sport, et sport ! 

n°8 : me faire un petit tatouage en forme d’étoile pour mon ange…

n°9 : aller revoir la Magicienne et recommencer les tentatives dès qu’on le sent, dès qu’on le peut, et fonder notre famille… . Est-ce vraiment une résolution ou un fantasme?

n°10 : revoir des comédies romantiiiiques (Little Wife, tu m’as donné envie de les revisionner !!)

n°11 : garder tout pour moi au niveau familial. On ne dira plus rien. Si un jour grossesse il y a et que ça se passe bien, ils seront mis au courant à partir du 4ème mois, et si on peut, plus tard.

n°12 : essayer d’expliquer au mâlou pinou Crackers qu’il a beau faire des « cronch cronch » d’excitation pour séduire Cookie, ça ne lui rendra pas ses testicules pour autant. Et que s’ils veulent vraiment des bébés, va falloir passer par le don de gamètes…^^ quoi que, même pas, Cookie vient d’être stérilisée. Ouch ! Ben, une lapine porteuse alors ! Je m’égare.

n°13 : manger de la cigogne et opter pour Chronopos*t. 

 

Le come back

Depuis deux jours, je suis une vraie marmotte anémiée, donc je ne jure que par le sommeil. Mais dans mes sursauts de réveil, je voulais quand même vous tenir au courant. 

Déjà, MERCI pour vos petits mots, votre souhait a été exaucé, j’ai pu passer in extremis noël avec mon chéri, c’est tout ce que je demandais. Au moins ça…

Je vais résumer pour ne pas trop vous gaver de récits dégueu et sans intérêt. En gros, je suis tombée sur un interne qui visiblement adore les plats de spaghettis puisque ce n’est pas une écho endo que j’ai eu mais un touillage des plus…assurés. Une torture. Et ce c** a appuyé comme un dingue sur mon ovaire gauche, il a failli se prendre un coup de genou dans la tête (oui, sadiquement j’ai été vraiment déçu qu’il l’ait évité…ça lui aurai remis les idées en place). J’étais tellement mal que je tremblais comme une feuille, les jambes notamment. Loulou se retenait de pleurer (marre de voir sa femme souffrir…), me tenait fébrilement la main.

Le verdict : on pense à une infection. Cytotec pour évacuer les débris qui se coincent au col depuis l’expulsion du caillot (qui a donc bien re-provoqué les saignements…vie de merde) + pds complète + prélèvement vaginal (toujours pas eu les résultats, ça prend du temps).

Le Cytotec a été pris le 24, ça m’a fait un mal de chien, mais pas de saignements. VIE DE MERDE BIS! Pas de visite de médecin, l’équipe me dit que tant que je ne saigne pas, on recommencera le Cytotec en dosage plus fort. J’ai pleuré d’épuisement et de ras-le-bol et l’infirmière s’est cassée en me voyant pleurer. Très humain, très réconfortant.

Donc, comme je connais un peu la façon de faire réagir le personnel hospitalier (j’étais étudiante infirmière avant d’arrêter parce que c’était vraiment pas pour moi), j’ai attendu que Loulou me visite pour concocter une stratégie. La menace de l’arrachage de perf’ si le médecin ne se bouge pas le cul. Nan parce que quand on entend le bouchon de champagne sauter dans leur salle avec des rires et le médecin qui s’emmerde visiblement et qu’on me dit que s’il ne vient pas c’est parce qu’il est surbooké, moi ça me convient pas du tout. 

 

Après que Loulou ait transmis l’info de l’arrachage de perf en prenant un air très énervé, le médecin est miraculeusement apparu dans ma chambre, visiblement agacé. Il m’a dit qu’en gros il savait pas ce que je foutais là, qu’il ne comprenait pas pourquoi on m’avait donné du cytotec parce que tfaçon ça servait à rien. Et puis il ne comprenait pas non plus pourquoi on m’avait mise à jeûn pendant plus de 17h (euh coco, tu te rappelles que c’est toi qui valides ce genre de choses? Tu t’es bourré la gueule ou quoi?). II a pris Loulou pour un con en lui faisant comprendre que le boss, le roi du savoir c’était lui et pas un simple mec qui visite sa gonzesse qui n’a rien à faire ici. 

Il est reparti en disant qu’il me faisait les papiers de sortie. On était outrés d’être traités de la sorte. Et puis, le médecin est revenu, métamorphosé. Ce con là n’avait pas pris la peine de lire mon dossier, et le contexte de mon hospitalisation. Il était tout sourire, disant qu’il fallait prendre courage pour la suite, que c’était très rarissime qu’une fausse-couche ait à nouveau lieu et qu’il fallait se tourner vers l’avenir, bla bla bla, qu’on était courageux, etc (c’est ça, lèche-moi entre les doigts de pieds pour pas que je me plaigne à la direction tit con….). Je dois revenir dans 2 semaines pour faire un contrôle échographique, et savoir ce que le prélèvement a donné. 

 

Voilà ! Noël, on ne l’a pas vraiment vu passer, même pas du tout. On s’est maté un film, on s’est câliné, et au dodo. Noël, je l’ai tous les jours, mon homme est tout ce que j’ai de plus précieux sur cette Terre. 

On pense fort à vous et on espère que noël a été magique, que vous vous êtes senties toutes bien là où vous le fêtiez. Vous êtes des personnes admirables, vous formez toutes des couples forts et unis dans le meilleur comme dans le pire, vous détenez un rêve commun que vous nourrissez ensemble et pour lequel vous vous battez sans relâche. Je suis heureuse de vivre Noël en me disant que j’ai à mes côtés toutes ces belles personnes que vous êtes, dispersées géographiquement mais toujours à proximité pour me tenir compagnie. Joyeuses fêtes à vous toutes !

 

je dois y retourner…

Le caillot restant est parti, et depuis les saignements se sont intensifiés. J’ai de la fièvre (38,1) et des contractions insupportables. 

Evidemment, les dindes ont décidé d’accoucher aujourd’hui, alors qu’il n’y a qu’un seul interne…nous attendons qu’il y ait moins de monde pour y aller. Je sens que je vais passer noël à l’hosto, alors je vous souhaite à toutes de passer de belles fêtes malgré tout, et on se revoit très bientôt.

Vidéo

Angoisse aux Urgences

Cela fait plusieurs jours que j’ai très mal au ventre, au point de rester coucher sur le canapé pour ne pas trop réveiller la douleur (et à pioncer pire qu’une marmotte). Les nuits sont assez difficiles, entrecoupées de réveils douloureux, et de multiples trajets toilettes-lit.
Attention, je ne me plains pas, hein? J’accepte vraiment cette situation, même si c’est assez handicapant pour le moment. Bref.

Aujourd’hui, toujours autant crevée, j’avais les 3 enfants à garder. J’avais super mal au bide, et ils m’ont bien fatiguée tant ils étaient remuant.
Quand je suis rentrée, j’ai commencé à avoir de fortes crampes au niveau de l’utérus. Mon médecin m’avait dit dès le départ que si j’avais mal sur l’utérus et pas sur les côtés, fallait aller aux urgences.
Loulou a décidé de prendre le tel pour appeler les urgences obstétriques directement, et on lui a confirmé qu’il fallait venir.

Nous avons attendu 2 heures….2 HEURES, PUTAIN !!!!! pliée en 4000 !!! Re-brrrrrref !
Enfin, j’entends mon nom, du fin fond de mon brancard (j’ai dû migrer, la salle d’attente était vraiment trop inconfortable). On explique la raison de notre présence, l’interne nous explique qu’il peut s’agir d’une GEU, ou d’une hyperstimulation, etc. Et on passe à l’échographie…

J’avais tellement peur de découvrir un drame, que mes jambes tremblaient toutes seules. L’interne devait en maintenir une pour pouvoir mettre la sonde vaginale, c’est dire 😉
Et puis, on l’a vu… .

Notre tout petit, notre bulle d’amour, notre microscopique mini-nous est bien là, au creux de moi, tout comme il faut. C’était trop petit pour voir si jumeaux il y a (car dans notre cas, ce sera de vrais jumeaux vu que j’y suis prédisposée génétiquement), mais nous avons pu voir que depuis cette ou ces minuscules petites choses, ça clignotait ❤
L'interne sourit : "son coeur, madame. On voit pas grand chose, mais ce clignotement, c'est son petit coeur". Loulou et moi avons eu les yeux tout brillants d'admiration.

Notre prodige, le résultat d'un long combat, enfin, était là sous nos yeux.
Nous verrons le 15 novembre s'il y en a 1 ou 2, et nous le verrons d'un peu plus près. Mais nous voilà apaisés sur ce point.

La douleur s'explique par la rétroversion assez prononcée de mon utérus, et par la présence d'un kyste de 3 cm qui se résorbera peu à peu. Du repos, et de la déteeeente (a insisté l'interne^^). Elle nous a offert une image de l'écho, là où le ou les voit le mieux. J'ai un élan d'amour pour ce petit bout de vie au singulier ou au pluriel.

Alors voilà la raison de cette petite chanson que je trouve magnifique, et que je vais essayer d'appliquer pour moi : "Dors ma rage, ma douleur […] j'ai goûté le bonheur en Lola majeur".

Préparatifs pour la Belgique : Loulou et Titpouce passent leurs exams

Si vous vous souvenez bien, je vous avais parlé d’une longue liste d’examens en vue de notre rdv en clinique Belge. 

Eh bien, c’est chose faite ! 

 

Commençons par Loulou : il a eu une écho de sa salle de jeux 😀 tout est parfait ! pas de varicocèle, pas de malformation, tout est de taille normale. Bref, le Loulou est fier comme un paon ! Il m’a dit, ravi : « je suis normal, mais je ne suis juste pas logique 😀 » . Mais on se rappelle bien que Dr. Cold nous avait dit que souvent l’infertilité masculine ne trouvait pas de cause. 

Mais Loulou, bien qu’un peu déçu qu’on n’ait rien trouvé pour expliquer ce qui cloche, est tout de même bien content qu’on n’ait pas à le charcuter. Et ainsi, il va définitivement sans regret dans le chemin de l’IAD. C’était essentiel pour lui de voir qu’il n’y a vraiment plus aucune possibilité. Et je pense, c’était aussi nécessaire pour moi dans l’acceptation de recevoir une autre semence que celle de mon tendre époux, pour avoir notre bébé chéri.

 

Sans citer le nom de cette humoriste, elle disait qu’ « un homme, quand c’est malade, ça croit que ça va mourir ! ». Eh bien, un homme, quand ça passe un examen, ça croit que ça va mourir de traumatisme 😀

Le Loulou n’est pas habitué à montré sa salle de jeux à des médecins, nan nan nan, le Loulou, pour lui c’est totale VIP pour Titpouce ! Alors, quand il a fallu s’exhiber, il n’était pas très fier le Loulou 😀 et puis, « merde, ce truc liquide qu’on met pour mieux voir, c’est super froid !! », et puis  » tu te rends compte qu’il m’a vu à poil?! En plus, il est tellement habitué à voir que des femmes qu’il m’a demandé d’enlever ma culotte !! ». Sur cette dernière remarque, je n’ai pu m’empêcher de rire 😀 pauvre Loulou, que de déboires^^

Je ris comme ça, mais en réalité je suis vraiment fière de lui, parce que c’est lui qui a réclamé des examens, lui qui a voulu « s’exhiber » pour comprendre, lui qui s’en foutait de la super virilité qui ne veut pas s’abaisser à quelques examens basiques. C’est vraiment super !

 

Bon, ensuite, mes exams :

– frottis : en attente des résultats

– bilan sanguin  : c’est parfait. Un gros petit pincement au coeur quand je me suis rendue au labo. Deux secrétaires parlaient ensemble, l’une disant qu’elle allait emprunter les bandelettes du labo qui sont plus fiables. L’autre qui répondait qu’en même temps il était grand temps qu’elle ait un enfant vu son âge (29 ans). Et la deuxième qui rétorque tout sourire qu’elle a du retard donc que ça devrait être bon. Nostalgie de mon innocence…toutes ces fois où je me disais que ça ne pouvait être que positif vu le retard et les pseudo-symptômes que j’avais. Et puis désillusion. Et puis…examens….et re-désillusion. Et pma, et FIV où on y croit à fond, et re-re-désillusion. Et maintenant, l’IAD. Quel sera le bilan pour l’étranger?

– il reste l’AMH, la prolactine, et un autre truc.

– écho : c’est parfait aussi, deux beaux fofos à j3 se démarquent des autres (10mm les bébêtes). 

 

Voilà, ça se précise tout doucement. Je n’aurai pas tous les résultats d’exams pour vendredi, mais la prise de sang hormonale et l’écho le même jour montrent que normalement tout va bien. Je veux vivre moi aussi la 4ème dimension que Marinette a vécu ! En route pour la maison des lutins !

« Madame, vous venez de faire un choc anaphylactique, quelques minutes encore et c’était l’arrêt cardiaque »

Le titre est une mise en bouche un peu spéciale. Mais c’est ce qui m’est arrivée lundi. 

Remise dans le contexte :

Samedi, j’ai été prise d’un gros mal de gorge, et une violente température. J’ai attendu dimanche pour voir un médecin de garde, je ne tenais plus. Je préviens ce ‘médecin’ de ne surtout pas me prescrire de médocs avec de la pénicilline ou anti-inflammatoires, car j’y suis extrêmement allergique (oedème de Quincke). Elle fait quoi? Dans le mille cher lecteur, elle me prescrit un médoc interdit aux allergiques à la péni (ça ne touche que 10% des cas sur le médocs, mais l’hosto m’a dit qu’il n’y avait aucune excuse étant donné que mon allergie est avérée depuis que je suis nourrisson, je n’avais aucune chance d’y échapper), et……un anti-inflammatoire !!

 

Lundi midi, je me regarde dans le miroir, et je vois mes joues en feu, telles que je les connais bien quand je fais un début d’oedème. Je prends mon aéri*s, mais mon homme tient à appeler le samu quand même, pour être sûr que je ne dois pas aller à l’hosto. Et il a eu une initiative qui m’a sauvé la vie. 

On m’envoie les pompiers, ça va encore. Mais sur la route, c’est le drame. Je fais un choc anaphylactique, j’arrive à l’hopital avec plein de monde qui court autour de mon brancard, m’emmenant en réa, où je perds connaissance. 

Je me réveille avec un masque, des perfs, branchée de partout pour mon coeur qui a beaucoup souffert. J’apprends alors par le médecin de réa que si j’étais arrivée quelques minutes plus tard, c’en était fini de moi. Que j’avais eu vraiment beaucoup de chance, mais que mon coeur avait souffert, que mes poumons s’étaient collés, ainsi que ma gorge. Oua….

 

Je suis restée hospitalisée jusqu’à aujourd’hui, où je vous passe tous les moments très difficiles que j’ai vécu (assistance respi, pds très mauvaises, etc etc), mais je peux vous dire que ça a été une drôle de période pour mon mari et moi. Me dire que j’aurais pu mourir, qu’il suffisait de peu, que tout aurait pu basculer si vite, c’est vertigineux. 

Bien entendu, nous ne laisserons pas cette connasse de ‘médecin’ s’en tirer comme ça, nous allons porter plainte, l’hôpital se met à notre disposition pour fournir les infos nécessaires. Mais celle-là, je la traînerai en justice s’il le faut pour qu’elle paie ce qu’elle m’a fait, ce qui aurait pu m’être fatal. Je veux que justice soit faite, et qu’elle n’exerce plus pour éviter que d’autres patients souffrent ou même meurent à cause de sa négligence. 

 

Je vis….c’est beau de pouvoir le dire, et l’écrire. 

L’art de se faire enfler

Aujourd’hui, nous nous sommes rendus à Paris pour notre fameux rdv avec l’andrologue.

De 1 :

– y a pas moyen de trouver le centre de santé MGEN auquel il est rattaché. On appelle et on tombe sur une bonne femme qui ne sait pas du tout où c’est, et qui nous reproche de ne pas trouver. Ca commence bien…

– on tombe sur une tour MGEN et chéri se dit : chouette, c’est ici ! En plus, ils avaient indiqué sur la brochure qu’il y avait un parking privé pour les patients. On s’y gare, on s’y rend, mais il s’agit du siège social. Et sur qui retombons-nous? Sur la même femme qu’au tel ! Toujours aussi agréable, nous refile la brochure qu’on a déjà, et nous dit qu’on n’avait pas à se garer sur LEUR parking, mais que pour cette fois, ça ira. Ensuite, elle nous indique un chemin et nous dit de prendre à gauche pour trouver le centre.

– Au bout de 10 minutes de marche, on ne le trouve toujours pas, et on demande à un parisien de nous aider : il fallait aller à droite, et non à gauche.

Loulou et moi on s’est regardé, et il me dit : après le rdv, je vais la revoir celle-là, et je vais lui dire tout ce que je pense d’elle, cette connasse ! (oui, il était super énervé, et moi aussi ! On était en retard en plus…)

De 2 :

On arrive enfin au centre, quand tout à coup, en arrivant au secrétariat, je ne vois qu’une secrétaire sur la dizaine de bureaux d’enregistrements de consult’, et là, tout s’effondre :

« Désolé Messieurs Dame, nous sommes en grève ». Loulou s’énerve encore plus :  » attendez là, on s’est tapé deux heures de route, pour apprendre finalement que vous êtes en grève?? C’est du délire là, ce rdv on l’attend depuis des mois ! » Et moi, j’ai fondu en larmes, crevée d’avoir la loose, épuisée qu’on ne représente absolument rien aux yeux de cet andrologue pour qu’il nous laisse tomber dans ce combat, le jour même du rdv. IL m’a serrée contre lui, et a essayé de faire face pour ne pas craquer, et nous sommes repartis chez nous…. .

Que dire de plus?