Merdeuh !!!

J’ai mis quelques jours mon blog en statut privé, quelque chose m’a blessé, quelqu’un plus précisément, une personne qui ne me connaît ni d’Eve ni d’Adam mais qui m’a laissé un commentaire plus que désobligeant.

Alors pour ne citer aucun nom (hein, Nessa !), je vais tout de même répondre : OUI, j’ai le droit d’être heureuse maintenant. Et NON ma vie n’est pas parfaite. D’où trouve-t-on ma vie parfaite quand on sait combien on en a chié avec Loulou pour avoir Poucinette ? D’où ma vie est parfaite quand chaque jour que je vis mon coeur garde une partie calcinée par chagrin qui me ronge d’avoir perdu mon Envolé ? D’où ma vie est-elle parfaite quand on sait que je suis issue d’un foyer qui utilisait le régime de la terreur pour obtenir obéissance et respect ? D’où ma vie est parfaite quand on sait que quasiment aucun médicament ne peut m’être administré au risque que je fasse à nouveau un choc anaphylactique ? Putain, elle est toujours parfaite ma vie?

Est-elle parfaite quand je dois toujours me battre pour défendre mes opinions et jusqu’à ma dignité face à des personnes censées nous entourer ? Quand je croyais avoir des amis qui nous ont fui alors qu’on leur confiait nos soucis d’infertilité, ça fait de ma vie une vie parfaite ?

Non Madame, ma vie n’est pas parfaite. Mais à la différence de ta définition de la perfection, j’adore ma vie telle qu’elle est car c’est parce que l’imperfection existe qu’une petite part de « perfection » perce les nuages plus sombres de mon existence.
Par ailleurs, libre à chacun de passer son chemin et de ne pas lire mon blog, je n’oblige personne à me lire, encore moins à me commenter. On peut me suggérer des articles, des sujets qui tiennent à coeur, des axes de réflexion, je ne suis pas étroite d’esprit et j’aime le partage. Mais qu’on ne vienne pas me dire comment doit être mon blog, comment doivent être mes écrits, mes choix, et ma vie de famille.

Si je suis maman aujourd’hui, c’est parce que j’ai été une pmette hier et que je le resterai à jamais. Si je suis maman aujourd’hui, c’est parce qu’on n’a rien lâché; parce qu’on a buté DN et qu’on est allé au bout du bout de nos faibles forces ; si au début on courait, au crépuscule de notre espoir on rampait décharnés, le coeur arraché, notre petit ange trop haut pour l’atteindre et le ramener à nous. Si je suis maman aujourd’hui, c’est parce qu’on a puisé dans notre amour, c’est au prix de plusieurs sacrifices et douloureux adieux.

Alors OUI, aujourd’hui je suis heureuse. Et j’en ai le droit, j’en ai le DEVOIR. J’ai le devoir d’être heureuse, ne pas l’être serait un comble !
Et je crois que c’est suffisamment difficile pour les nouvellement mamans pmettes de continuer à se sentir chez elles sur la blogo pour que quelqu’un vienne nous casser les noises et me prendre pour un punching ball. Je ne suis pas la cause de ton aigreur, et n’en suis ni la conséquence car il appartient à chacun d’accueillir les petits bonheurs de la vie en attendant d’atteindre ses rêves.

OUI, JE SUIS HEUREUSE ET JE CONTINUERAI DE L’ETRE. VIVE LE DON !!

Publicités

1 an…

le 11 avril 2014…

Le moment de détente se termine et nous rentrons tranquillement à la Maison des Lutins pour le commencement du festival. Ce n’est pas la Magicienne qui l’orchestra, mais un de ses collègues (beau gosse au passage^^) qui n’a pas la main morte, ooooh que non. Il place mon meilleur ami dans le terrier magique (le spéculum quoi), essaye de passer la petite pipette…et ça ne passe pas ! Il sort donc ma Graaaande meilleure amie de toujours qui m’a trop manquéééé : la pince !

Une horreur…. . Je pleure, je gémis, et pendant ce temps il n’arrive toujours pas à faire passer cette putain de sonde à la con ! Dans ma douleur, je lui dis que je le déteste et que je ne sais pas comment, mais je trouverai le moyen de lui faire ce qu’il m’a fait (de l’humour dans l’agonie, je régresse…). Il se marre, galère, et ENFIN arrive à passer ! Loulou (qui a perdu sa main qu’il m’avait gentiment tendue pour que je me cramponne), approche les yeux brillants, et pousse doucement les conquérants vers leur terminus.

Le matériel est enlevé, je respire (je peste aussi^^), je reste un peu allongée et puis nous repartons avec la bénédiction du beau gosse qui nous a dit que je le remercierai dans 14 jours (c’est dans son intérêt, je te le dis !) 🙂

le 16 avril 2014…

Je pense à lui, je pense à l’espoir qui se profile lentement et trop vite à la fois, envie de savourer l’idée que je suis peut-être enceinte. Nostalgie, angoisses quant à l’avenir incertain et la perte de l’insouciance…mais tout doucement, je peux à nouveau dire que je suis prête à aimer totalement et sans condition une petite vie, mon enfant (…)Parce que cette fois, il y a vraiment un feu qui anime mon coeur, je suis consumée par l’espoir de serrer tout contre moi un test positif, une prise de sang rassurante, et des échos qui s’accumulent, toutes normales, parfaites.

le 24 avril 2014…

Hier, j’ai fait un TG négatif. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps, me suis défoulé sur Tekken (Titpouce est une violente, oui), me suis dit que jamais plus je ne serai enceinte, bref c’était l’apocalypse Titpoucienne.

Et ce matin, je me suis levée pour faire la pds, à 13dpo histoire d’en avoir le coeur net.

C’EST POSITIF !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Franz est dans les starting-blocks !!!!!!!!!!!!!! 101ui

Tiens bon mon bébé, je veux t’avoir dans mes bras dans 9 jolis mois !

le 13 mai 2014…

la sonde a beau être posée sur mon ventre, il n’y a qu’un petit sac vide. Le radiologue me dit qu’il faut passer par la voie endo car mon utérus est très rétroversé. Je me lève, livide, regarde Loulou totalement paniquée. En décembre, c’est de cette façon que nous avons appris la mort de notre ange, ce rappel m’angoisse, tout en enlevant le bas je me regarde dans le miroir accroché sur le mur en me disant : « pitié…comment vais-je trouver la force? »

Je reviens m’allonger, je me fiche d’être à poil, c’est comme si tout ça était devenu tellement secondaire. Je regarde l’écran, à nouveau, la sonde est introduite mais le sac est vide… . Quand tout à coup, à peine a-t-il bougé la sonde pour avoir un autre angle qu’un beau petit bébé apparaît comme par magie ! Franz est toujours là, et il a bien grandi Je n’attends pas que le radiologue me dise si son coeur bat, je regarde ce petit corps et aperçoit un point qui clignote. Je m’écris : « SON COEUR, IL BAT ! », le radiologue rit et me dit qu’effectivement, c’est bien son petit coeur. Un Franz en très très bonne santé de 9mm et des jolis battements de 137bpm.

le 16 juin 2014…

Vendredi, nous étions à pile 11sa. Tout pile… . Le jour J, ni moi ni Loulou n’avons pleuré, la journée est passée comme à peu près toutes les autres. Mais le lendemain, là ce fut la retombée émotionnelle.

Nous sommes allés nous promener au centre-ville, et avons osé entrer dans une enseigne de vêtements pour bébé-enfant. Je me plonge dans une observation détaillée des bodys, craque sur les petits jeans (à un prix de diiiiingue !) de 0 mois, c’est tout minuscule. Et puis, me retournant, je vois que Loulou est en retrait. Je lui dis : « ben alors, implique-toi un peu mon chéri ! ». Il reste le visage fermé, je me sens blessée car j’ai cette soudaine impression qu’il n’est pas heureux pour cette grossesse.

Mais tout à coup, Loulou me regarde, et me dit les yeux embués de larmes : « je ne peux pas…ça me rappelle trop ces fois où nous avons acheté un vêtement pour LUI. », il se pelotonne contre moi et pleure silencieusement tandis que je le rassure, lui disant qu’on sait lui et moi que non seulement il faut aller de l’avant, mais aussi que bébé va super bien (ouaaa, Titpouce qui dit ça, t’es sur le cul hein?^^). Et alors il retrouve le sourire et prend cette jolie cape de bain sur laquelle j’avais craqué. On paye et on repart tout sourire, parce que c’est un pas de plus, un grand pas. Le soir, c’est moi qui a beaucoup pleuré mais Loulou avait repris du poil de la bête et a pu à son tour me soutenir.

le 02 juillet 2014…

A l’heure où je vous parle, je détiens ENFIN le sésame de la déclaration de grossesse, ai fait la prise de sang HT 21 et suis passée au deuxième trimestre. Ca fait beaucoup de choses qui paraissent encore très irréelles !

Ce matin donc, nous avons revu notre petit coeur. Cette fois-ci, nous avons eu une promotion Loulou et moi : nous ne nous mélangeons plus avec le petit peuple 😀 nous avons droit à la salle d’attente VIP avec ventilateur, et une graaande bibliothèque avec de quoi bouquiner tranquillement pendant l’attente. Et cerise sur le gâteau, gygy d’amour est à l’heure et apparaît à l’entrée de la salle d’attente tout de blanc vêtu, toujours le sourire colgate.

Nous passons à l’échographie et fondons devant Franz qui fait dodo les bras en l’air et les jambes croisées ^^ ça plaît beaucoup à gygy d’amour de le voir enfin calme pour pouvoir faire les mesures tranquillement.

le 16 juillet 2014…

Eh bien oui, Franz a été en réalité doublé au dernier tournant par Gertrude^^ Et tout le monde est tombé dans le panneau hahahaaa ! 😀

Bon, alors on se demande bien comment on va l’appeler maintenant notre petite puce, parce que continuer de l’appeler Franz ça le fait pas trop trop. Vous savez ce qu’on va faire? J’attends vos suggestions, dites-moi le ptit nom auquel vous pensez pour « Franz », et Loulou et moi on tranchera 😉 ça vous va?

le 29 septembre 2014…

En chemin, nous étions silencieux…quand j’ai ouvert la porte menant aux urgences, gygy d’amour sortait du bloc. Je me suis effondrée en le voyant, tellement peur que Poucinette arrive si tôt…tellement de souvenirs douloureux qui sont remontés violemment à ma mémoire. Je ne cessais de me dire : « mais pov conne, t’es même pas fichue de porter un bébé sans qu’il naisse trop tôt. Incapable, va. »

Mon gygy m’a prise immédiatement après une patiente opérée en césarienne. Cela nous a rassuré que ce soit lui et pas quelqu’un d’autre, il nous connait si bien et puis il est compétent.

le 09 octobre 2014…

Gygy d’amour nous a bien confirmé que nous avions affaire à un utérus contractile, donc la consigne reste la même quoique plus souple : repos strict mais plus d’alitement H 24. Pour autant, pas de courses, pas de ménage, de voiture (ou très limité, vraiment quand il faut), pas de shopping bien sûr, bref bannir tout ce qui pourrait me fatiguer et provoquer à nouveau une série de contractions. Mais je ne m’en plains pas du tout, c’est sûr que ce n’est pas marrant tous les jours mais tant que Poucinette reste bien au chaud, TOUT VA BIEN.

Bon hier soir j’ai eu beaucoup de contractions, et ce matin également. Mais je suis plus sereine, j’ai un utérus contractile voilà tout. A moi de faire ce qu’il faut pour ma Poucinette.

le 05 novembre 2014…

Ensuite, il y a l’entrée triomphale de mon sauveur, Gygy d’amour qui, apprenant que j’avais été hospitalisé, a volé à la rescousse vêtu de sa belle blouse blanche tel un chevalier servant sur son étalon blanc 🙂 (quoi, le récit est long, faut bien que je l’alimente un peu pour pas que tu t’endormes^^). Il était mécontent, mais alors vraiment mécontent.
Quand on est en MAP (Menace d’Accouchement Prématuré), on lance le protocole ADALATE (ça c’est bon) ET la maturation des poumons du bébé par CELESTENE. Il ne comprend pas que ça n’ait pas été fait dès le début, et a exigé que ce soit fait immédiatement. C’est en cours… .
Suite à ça, il est venu me voir dans la chambre pour discuter, voir comment j’allais et m’expliquer la suite des réjouissances. C’est lui qui va me faire l’écho du col cet aprèm’, et ça ça me rassure à un point que tu n’imagines pas. Il a toujours été très minutieux, compétent et doux alors je suis en totale confiance avec lui.
Ensuite, le CELESTENE est pris deux fois à 24h d’intervalle entre les deux prises. Donc demain même heure, rebelote la marmotte. Quand la dernière prise aura été effectuée, je pourrai rentrer à la maison (qu’est-ce que j’ai hâte !!!). Je continuerai chez moi l’ADALATE jusqu’à 34-35sa et ensuite advienne que pourra, Poucinette pourra venir dès que l’envie lui prendra.

le 26 novembre 2014…

Je n’y crois pas moi-même, et pourtant dans deux jours nous serons à 35sa, le terme qui me paraissait terriblement long à atteindre.

Faisons le point. Niveau contractions, je ne me reconnais plus, il y en a très peu maintenant, pour ne pas dire plus du tout. C’est un comble^^ Mais ouf, quel soulagement !

le 25 décembre 2014…

Il ne reste « que » 15 jours max avant son arrivée, sauf si la demoiselle fait du zèle et s’accorde des prolongations. Je me fiche de quand elle vient, je voudrais juste être rassurée en la sachant descendue. Parce qu’un bébé qui reste haut, ça peut poser problème. Ca peut entraîner une césarienne tout ça…

le 11 janvier 2015…

Je vais être très rapide car pas trop le temps de vous expliquer toooooout le déroulement de l’accouchement, mais voilà : Ayline est née le lundi 5 janvier à 15h26. Et comme je sais que vous adorez ça, je vous dis tout tout de suite 😀 3,040 kilos pour 47 cm. Une petite crevette qui flotte dans ses pyjamas 1 mois^^

Ca n’a pas été du tout un accouchement de rêve (c’est pour cette raison que vous n’avez pas eu de nouvelle plus tôt)….mais depuis lors, nous vivons un rêve éveillé. Ma fille est née…

le 12 janvier 2015…

Soudain, une des personnes me dit : « Madame, on voit la tête de votre fille, elle est magnifique !! » C’est un moment inoubliable, je pleure à chaudes larmes, je sens qu’elle est totalement extirpée de mon ventre et sa tête apparaît au-dessus du champ opératoire, elle pousse son premier cri : il est 15h26, ma fille est née, mon amour, ma princesse est là devant mes yeux.

le 24 janvier 2015…

Hier midi, Loulou revient du boulot, les yeux brillants, tenant une enveloppe à la main. Il s’agit d’une carte venant tout droit de la Maison des Lutins nous adressant ses sincères félicitations, avec des signatures de l’équipe <3, avec ce petit message…

le 16 février 2015…

Ce bébé tout souriant, avec ses petites fossettes d’amour pour orner ses commissures, ses yeux couleur du ciel et ses cheveux couleur des blés, sa peau douce comme de la soie, ses lèvres délicatement rosées et chacune de ses formes ciselés par le plus grand des artistes, je peine à croire que ce petit coeur est MA fille.

J’ai tellement de tendresse pour elle, tellement d’amour, je donnerais ma vie pour sauver la sienne, et je me demande encore comment un tel trésor a bien voulu se nicher au creux de moi pour m’honorer chaque jour de sa douce présence, de sa chaleur, de ses « aheuh », ses sourires, son regard si profond, de ses rires d’otaries quand elle dort… .

le 06 mars 2015…

Nous avons discuté de la césarienne, j’ai pu le remercier de vive voix d’avoir pris la décision d’y avoir recours au bon moment, d’avoir fait les choses avec une telle minutie que ma cicatrice est un trait tout fin tout mignon. Gygy d’amour n’était d’ailleurs pas peu fier du résultat 🙂

Et aujourd’hui, le 11 avril 2015, je suis très émue de voir combien cette année écoulée a été la plus belle de toute ma vie. Qui aurait pu croire que le choix de faire cette dernière tentative nous amènerait aujourd’hui à dire que nous avons une merveilleuse petite fille? Dites-vous qu’aujourd’hui il peut y avoir de la peur, il peut y avoir des doutes, mais dans un an…il peut y avoir un article comme le mien, où vous vous réjouirez du choix que vous avez fait de vous accrocher.
Ayline, ma douce petite fille, voilà 1 an que tu existes, que tu as gagné la plus importante des courses contre la montre 🙂 Merci d’exister…