RSS

Tout ce chemin d’amour fou

11 Sep

Demain, 24 sa. Combien de fois en ai-je rêvé? Je ne les compte plus. Combien de fois ai-je pleuré face aux  »24sa » de quelqu’un d’autre? pfiou….tant et tant.

Quand je repense à notre parcours, quand je revois mon Loulou secoué par les larmes, recroquevillé sur lui-même devant ses premiers résultats de spermo…on a cru que c’était la fin. Mon homme que j’aime tant n’avait plus aucune estime de lui, pour lui il ne pourrait jamais me permettre d’avoir un bébé.

Quand je revois ces soirées, où on essayait d’oublier notre douleur, où on partait n’importe où à n’importe quelle heure, errer dans la nuit comme des âmes en peine. Et ces heures que l’on passait à se serrer fort, à pleurer ensemble dans notre voiture, au fond du gouffre, à espérer malgré tout qu’il y ait un petit miracle pour nous, quelque part.

Je nous revois assis là, dans une salle d’attente minuscule le coeur prêt à exploser dans la poitrine car les minutes nous séparant de notre premier rdv en pma s’égrènent, nos mains s’enlacer et cette douleur à l’estomac traduisant notre stress.

J’ouvre les yeux, je me sens mal…je me sens droguée et emprisonnée dans mon corps qui ne réagit pas. La première ponction a été faite. J’ai si mal, j’ai si peur. J’avais quitté mon Loulou pour aller au bloc, je me tournais vers lui une dernière fois avant d’affronter notre destin. Le couloir était sombre, tout était si froid. Pourtant, ce jour-là on mettait tout notre amour en fusion pour essayer d’avoir notre bébé, pour la première fois nos gamètes allaient se rencontrer.

Ce sang noir….ces douleurs de règles atroces, j’en hurlerais. Mon corps me fait souffrir, mon coeur aussi, et ma tête bouillonne de pleins de questionnements : « pourquoi? Pourquoi nous…pourquoi eux et pas nous?! ». Noël passe, et j’apprends la grossesse d’une amie très proche qui ne le sera plus à partir de là, sans doute trop apeurée par notre infertilité.

Toujours cette boule au ventre, depuis des jours elle dure. Je n’arrive pas à la calmer, je ne cesse d’essayer de croire sereinement qu’une accroche s’est faite. Ce TEC ne se passe pas comme prévu. Un de nos petits-nous ne s’est pas réveillé, un seul a eu la force de tenir, et il se bat pour s’accrocher. En vain. Ce n’est pas faute d’avoir essayé, et nous étions pourtant partis nous évader le temps d’un week-end dans la baie de somme, au calme, loin de tout et de tout le monde. Ca n’a pas suffi.

J’ouvre les yeux….hier a eu lieu la ponction, cette fois ça s’est très bien passé, pas de drogue, on m’a laissée tranquille et je m’en porte bien mieux. Loulou n’a pas eu cette humiliation de devoir faire deux recueils, on se dit que c’est une bonne nouvelle, c’est que c’était suffisant, forcément. Je descends chercher le courrier, je suis surprise de recevoir une lettre du labo de la pma, je l’ouvre et je m’effondre. C’est le pire spermo et recueil que Loulou ait eu, on se regarde apeurés, nous ne comprenons pas mais on sent un poids écrasant sur le coeur. Loulou part au travail découragé, et moi j’appelle le labo pour comprendre. Au téléphone, le médecin est froid, implacable et inhumain. Il nous vire de la pma sans scrupule, il nous apprend qu’il n’a fait aucun effort et ne s’est pas donné la peine d’injecter les 16 ovocytes recueillis « parce que de toute façon, ils sont tous morts et même si par miracle ça donnait des embryons, vous auriez une fausse-couche ou des enfants trisomiques ».

Deux petits-nous, au creux de moi. Une hyperstimulation, encore une. Une hospitalisation, et le résultat d’une longue attente : négatif. 10 kilos de flotte, et tant de renoncements pour rien. La porte s’ouvre, c’est Loulou, il sait qu’on m’a donné le résultat, je lui souffle :  »c’est négatif… ». On sait ce qui nous attend, mais cette fois on a beau avoir très mal, on sent un soulagement. C’est la fin de la souffrance sans résultat « garanti’. Cette fois, on part pour la Belgique, et on se donne toutes les chances. Qu’importe la somme à débourser, qu’importe la route, qu’importe les gens, leurs conneries et ce qu’ils en penseront, nous on ne fait pas un bébé en un coup de quéquette, nous on se bat pour lui et on donne tout de nous pour qu’il existe.

Il serre fort ma main, j’ai les pieds dans les étriers. Il vient de pousser sur la pipette ses nouveaux conquérants tout neufs rien qu’à lui vers l’insaisissable. On espère. Mais ça ne marche pas.

Il serre très fort ma main, j’ai les pieds dans les étriers. J’ai souffert, le passage était apparemment plus étroit, mais cette fois je suis certaine que ça va fonctionner. C’est un après-midi d’octobre, je l’ai laissé négligemment dans les toilettes, j’ai quelque part pas envie de savoir, tellement de négatifs dans les bagages, je veux me sentir encore un peu enceinte avant de redescendre sur terre. Loulou arrive, il le tient dans sa main et pleure tout en se ruant sur moi. Il pose la main sur mon ventre et ses tout brillants tout perlés de larmes montrent une lueur jusqu’ici inconnue.

Il serre très fort ma main, son visage au-dessus du mien, il me demande de ne pas fermer les yeux, de rester avec lui. Que le SMUR arrive et qu’en attendant il faut que je sois forte encore un peu, juste un peu. Que c’est fini, que ça va aller. J’ai le teint cadavérique, encore un peu et la faucheuse m’emportait avec mon ange. Noël passe, on a retiré le sapin et les décorations de noël. Ils ne viendront pas, on a annulé. Ca devait être le jour de l’annonce, à la place on se colle l’un à l’autre sur le canapé, enveloppés ensemble, on attend que le temps fasse son oeuvre.

Un texto : « c’est positif…mais 8ui. Je vais refaire une fausse-couche ». Une accroche qui n’a pas suffi, on ne peut même pas dire que c’est un reste d’ovitrelle quand on regarde la progestérone bien élevée. On sait, la pma sait aussi, on refait une pds histoire de, mais tout le monde sait que cette petite accroche n’ira pas plus loin. Les jours sont longs, on dirait qu’ils s’étirent toujours plus pour que nous ayons plus mal encore, plus longtemps et plus fort. Et enfin, après plusieurs contractions douloureuses, du sang.

Il serre fort ma main, je n’ai jamais autant souffert pour une insémination. J’ai eu droit à la pince au col, et même comme ça l’accès était difficile, utérus rétroversé oblige. Loulou a poussé sur la pipette, on sait que ça peut fonctionner. Cette fois, double chance, deux ovocytes. Loulou m’ouvre la portière de la voiture, il met de la chaleur, il nous fait écouter notre musique de guerre, il m’encourage et je vois la fierté dans ses yeux. Il a ce même regard, plein d’amour et de préoccupation car il sait qu’encore une fois, on fait un bébé dans la douleur. Mais il sait aussi que cet acte quelques minutes plus tôt représente l’apogée de notre amour. On a fait l’amour différemment, en bluetooth comme on s’amuse à le dire, et pas que tous les deux vu toute cette équipe merveilleuse qui nous suit et met tout en oeuvre pour que bébé arrive enfin ! C’est atypique, mais c’est pas grave. Nous sommes le 11 avril, cela fait 4 ans que Loulou a posé un genou à terre et ouvert un petit écrin où reposait une bague aux branches entrelacées. Un petit restaurant en amoureux, un peu de sang venant du col, ça tire beaucoup mais peu à peu la douleur s’éclipse. Une rencontre, enfin…une deuxième rencontre avec une pmette adorable, à Frite Ville. Une jolie balade, et dans le plus grand des secrets, une conception. Notre fusion à nous donnait naissance à Poucinette mais personne ne pouvait le savoir encore.

Un test négatif, beaucoup de larmes. Une prise de sang le lendemain, parce qu’il faut bien, pour la pma. Un résultat qui ne s’affiche toujours pas sur internet à l’heure prévue. Un appel à la secrétaire, qui le ton triste me dit qu’elle a les résultats sous les yeux et qu’elle me les renvoie. On se câline, on attend le coup de grâce comme deux condamnés à ne pas avoir d’enfant, deux exilés qui feront une pause d’un an puisque la force les a quittée. Un téléchargement…trop long à notre goût. Une page qui s’affiche, nos yeux qui cherchent le « HCG < 0,01 » et le « NEGATIF ». Un « OOOH ! » d’exclamation en coeur, des cris de Loulou : « c’est positif !!!! c’est positif !!!!! » et moi qui répète sans trop réaliser : « je suis enceinte !! »

24 sa, demain. On se dit : « déjà » et « enfin » à la fois. Un positif qui s’est transformé en bosses mouvantes sous le ventre, un bébé très éveillé qui gigote énormément dès qu’elle entend que son papa est rentré du travail. Ce n’est pas une grossesse de rêve, mais c’est une grossesse rêvée, alors je l’aime toujours plus chaque jour et je remercie le Ciel de porter la vie. Mon Loulou qui me disait au tout début, avant que tout commence, qu’il ne pourrait jamais m’offrir d’enfants (le terme est étrange quand même…) nous a permis d’avoir en tout et pour tout 9 petits-nous dont une qui devrait arriver dans 17 semaines. Je t’aime mon Loulou, mon homme à moi toujours là, persévérant, courageux et plein d’amour.

Comme on le dit très souvent, pmette un jour, pmette toujours. Je n’oublierai pas. Et je vous le dit : ne lâchez jamais, même aux heures les plus sombres, même si des médecins ne croient plus en vous, même si et même si. NE LACHEZ JAMAIS.

(hey Bounty, j’ai fait ma Bounty 😀 je te dédicace cet article-roman hihihihi :P)

Publicités
 

22 réponses à “Tout ce chemin d’amour fou

  1. Emily ( coiffeuse)

    septembre 16, 2014 at 1:38

    Hé sinon c’est pas bientôt fini de nous faire toutes pleuré????!!!! Lol 🙂 très émouvant comme à chaque fois ,le chemin vers poucinette se racourci un peu plus chaque jour , dans quelques petites semaines vous aurez VOTRE bébé dans les bras 😉

     
  2. P'tit Hérisson

    septembre 15, 2014 at 6:15

    C’est un récit très émouvant qui redonne de l’espoir. Que d’émotions en montagne russe, quand on y repense… Merci de partager Titpouce.
    Bises

     
  3. wtf31

    septembre 13, 2014 at 6:44

    vraiment émouvant ton récit, j’ai les larmes aux yeux. Quel terrible parcours, mais quelle fin heureuse ! c’est tellement dur tout ça… Perso je sais pas si j’aurai la force…

     
  4. Titine7831

    septembre 12, 2014 at 5:16

    Moi ce que je retiens de tout ça (quel roman ! ;-)) c’est que c’est une magnifique histoire d’Amour… 🙂

     
  5. Titine7831

    septembre 12, 2014 at 11:25

    Quel parcours…
    Quel amour que l’on sent entre vous…
    🙂

     
  6. MonPtitSeb

    septembre 12, 2014 at 7:09

    Ton post est vraiment émouvant et plein d’espoir. Merci. Bises

     
  7. Choubakette

    septembre 11, 2014 at 9:37

    Que c’est beau et émouvant (faut vraiment que tu arrêtes les posts qui me font chialer toi). Vous êtes des warriors (un peu fêlés) mais des warriors. Merci pour ce message plein d’espoir. Poucinette aura des parents extraordinaires…

     
  8. Kaellie

    septembre 11, 2014 at 9:29

    Te lire c’est magique. Il y a tellement d’émotions, on souffre avec toi, avec vous deux, de ce long chemin. Et la lumière qui s’allume enfin ❤
    Tout plein de pensées pour ces 24SA !!

     
  9. enattendantbbkoala

    septembre 11, 2014 at 8:21

    Ce billet est magnifique et m’a donné les larmes aux yeux… Très heureuse que vous puissiez enfin toucher du doigt le bonheur…

     
  10. lach0uette

    septembre 11, 2014 at 8:13

    ❤ c'est super beau!

     
  11. ILGC

    septembre 11, 2014 at 5:31

    Merci ❤
    Prend bien soin de vous.

     
  12. version nounou

    septembre 11, 2014 at 3:22

    Un récit on ne peut plus émouvant… J’espère que tu garderas ce blog plus tard, pour que ta merveille puisse y lire tout l’Amour et toute la force de ses parents !

     
  13. Zapette

    septembre 11, 2014 at 3:09

    Une sacrée bataille votre histoire, et elle n’est pas finie mais elle s’annonce tellement belle maintenant!!

     
  14. miliette

    septembre 11, 2014 at 2:58

    je suis toute émue. Et tellement heureuse pour vous !!! (enfin pas que vous ayez eu à en passer par là évidemment…).
    Si je peux me permettre (j’espère ne pas être déplacée) je souhaite la même issue à Compoteen…
    plein de bisous à vous !

     
  15. julys974

    septembre 11, 2014 at 2:51

    Juste un mot: merci…

     
  16. Bibiche

    septembre 11, 2014 at 2:47

    Très émue par ton article, tellement contente pour vous. Tu as raison, il ne faut pas lâcher même quand c’est dur… Profite bien de ta grossesse rêvée 🙂

     
  17. monpetitoeuf

    septembre 11, 2014 at 2:42

    Il est très poignant ton article. on sens tout l’amour avec ton loulou !!! 17 semaines et ta petite nénéte sera la !!! le bonheur ❤

     
  18. Bounty Caramel

    septembre 11, 2014 at 2:33

    Il met les larmes aux yeux ton récit. Une page, si bien écrite. Une toute petite page pour une pourtant si longue et douloureuse histoire de vie. Aujourd’hui, enfin demain, les 24 sa où tout rêve bien réel devient permis !
    Je suis vraiment sincèrement heureuse pour vous deux !
    C’est Magique !
    PS : Le connard de médecin tu me l’envoi, j’ai deux mots à lui dire, et surtout qu’il dise cela en face de parents d’enfants trisomiques (faut assumer), tu vas voir le poing dans la tronche qu’il va se prendre.
    PS 2 : En plus gai, bien plus gai, n’oublie pas la bouteille de Champ’ promis à ton tortionnaire de col ;-), j’ai hâte que vous alliez faire les rencontre et les mercis les larmes aux yeux.
    Des énormes bises ma belle !
    Et toi, Lulu et d’autres, vous incarnez si fort le « ne lâchez rien ». Merci pour l’espoir que vous donnez à tant de couples, de femmes et d’hommes !

     
    • titpouce

      septembre 11, 2014 at 3:01

      Oui oui, c’est bien vrai. On retournera en Belgique avec Poucinette pour la présenter à l’équipe et offrir la bouteille de Champ’ ! 😀
      Je t’envoie le connard de médecin sans problème. Tu veux savoir le plus drôle ? J’ai reçu il y a un mois un courrier du labo me demandant le résultat de la FIV ICSI 2 effectuée en juin 2013 !!! Foutage de gueule^^
      J’ai mis une petite parenthèse à la fin rien que pour toi 😛

      Tu fais partie de ceux et celles qui donnent de l’espoir aux couples toujours dans la course. Ton histoire est très émouvante aussi ❤
      J'espère te revoir tout bientôt !

       
      • Bounty Caramel

        septembre 11, 2014 at 3:10

        😉 merci pour la dédicace !!!!
        Le roman clair et ordonné !!!! Faut que je prenne exemple sur toi là.
        Bon, et je fais quoi moi maintenant ? On dit comment merci ? Merci c’est pas suffisant… Mais on se revoit bientôt hein ;-), à minima sur la route (enfin, si on est encore dans le coin) qui va vers la présentation de la Poucinette !
        Quant au labo, fichtre… ils ont du changer de secrétaire, elle a trouvé des pièces manquantes au dossier, ou ils ont besoin de sous, j’en sais rien, mais faut être sacrément culottés (et même si c’est pour des stats, m’en fiche).
        Des bisous ❤
        ('tain 24, dis 24, dis 24, allez dis 24 !!!!!!!!!!!!)

         
      • Bounty Caramel

        septembre 12, 2014 at 10:36

        Grosse pensée envers toi et cette date des 24 sa… Y’a un super reportage sur Arte en ce moment même sur la très grande prématurité… Que Poucinette reste bien au chaud encore de longues semaines, même si la médecine fait des prouesses. Des bisous

         
        • titpouce

          septembre 13, 2014 at 5:18

          OUIIIIII, 24+1 aujourd’hui, c’te classe ! 😀
          Oui Poucinette, écoute tata Bounty, tu restes bien au chaud jusqu’à…allez, 37sa. A partir de là, viens quand tu veux !
          On se reverra, quelque soit l’endroit de ton nouveau chez toi 😉
          Pour répondre à tes hypothèses : j’ai dit à la dame du labo que le gynéco avait été au courant du négatif, que je ne comprenais pas que le labo ne soit pas au courant alors qu’ils travaillent ensemble quand même ! Elle m’a répondu :  » ah oui mais madame, le labo et les gynécos de la pma ne communiquent pas entre eux ! » Ok….c’est très rassurant tout ça.
          Des gros poutous à vous 3 🙂

           

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :