De l’autre côté…

Nous avons un couple d’amis qui a su hier pour Poucinette. Leur réaction nous a tout de suite mis la puce à l’oreille : seule notre amie nous sourit gentiment, disant qu’elle était heureuse pour nous, mais sans effusion de joie comme on a pu déjà la voir dans cet état. Son mari s’est renfermé, s’est tu et s’est totalement effacé.

On les invite à manger chez nous le soir, elle le regarde, il dit : « euh…. . On vous redira. ». On sait qu’il faut donc faire preuve d’une très grande discrétion et nous décidons de ne pas parler de quoi que ce soit en rapport avec Poucinette (déjà que d’habitude on se tait pas mal, mais là ce sera motus et bouche cousue).

Finalement, ils décident d’accepter notre invitation et nous faisons donc comme convenu. A un moment, Loulou leur propose du pâté et donc notre ami me propose du pain. Je lui réponds donc : « c’est très gentil mais je ne peux pas manger de pâté ». Il se renferme, ne répond pas, je sens que chaque petit mot peut le briser et sa femme d’ailleurs ne dit rien non plus. C’est une ambiance très lourde à laquelle Loulou et moi nous sentons impuissants. Car ces amis, ils sont très secrets alors nous ne voulons pas les forcer à nous parler de leurs soucis.

Nous leur proposons un film de pure marrade : supercondri*aque. Ils sont enchantés, explosent de rire bien des fois, OUF ça va mieux. Mais tout à la fin du film, comme plusieurs d’entre vous doivent savoir (je ne pense pas être la seule de la blogo à être allée voir ce film), il y a un accouchement où on voit Dany Bo*on faire une tête de traumatisé qui fait bien rire. Eh ben là….gros, très gros silence où Loulou voit même notre ami avoir une petite réaction avant de se refermer à nouveau dans sa coquille. Sa femme, idem.

On se sent cons, on n’avait pas pensé à ce détail dans le film. On se sent plus que très cons, parce qu’on sait pertinemment qu’ils souffrent et que quelque chose cloche vraiment mais on ne se sent pas de venir troubler leur intimité et les bousculer.

 

En gros, nous ne savons pas quoi faire et cela nous fait vraiment mal de voir que mon bidou leur fait autant de peine (même si bien sûr ils sont heureux pour nous car ils ont juste su qu’on était en pma) et du coup cela nous rend encore moins « légitimes » de leur dire qu’on a bien compris qu’ils sont en souffrance par rapport à ce sujet mais qu’on est là pour les épauler et que tout ira bien. Franchement, venant d’un couple toujours en pma ça ferait son effet mais venant d’un couple sorti de pma, ça aura beau être la même sincérité que l’impact ne sera pas du tout le même.

Nous voilà dans une impasse et je ne pensais pas qu’un jour nous serions confrontés à cette situation. Est-ce que vous auriez des conseils à me donner?

Publicités

Et le nouveau nom pour « Franz » sera donc…

POUCINETTE 🙂 Merci au Geek de Kaellie pour cette proposition que nous avons trouvée très douce et mimi, Loulou s’est mis à appeler notre puce « Poucinette » tellement naturellement que nous avons compris que ce ptit nom était pour elle 😛

Et bien sûr, merci à tooooutes pour vos propositions très riches (et parfois très farfelues 😀 ), qui nous ont fait pas mal hésité du coup. Nous nous sommes bien marrés pour certains votes^^ vous avez de sacrées idées haha !

 

Voilà, bienvenue à toi Poucinette dans nos vies, et sur cette blogo pleine de jolies personnes qui espèrent avec nous ton arrivée et ta bonne santé depuis le début.

Un aller-retour aux urgences

Je vous le dis de suite : soyez rassurée, notre puce va bien. C’est moi qui vais moins bien.

Le week-end dernier nous avons fait de la route pour aller voir ma belle-famille avec la bénédiction de gygy d’amour. Sur le retour, j’ai eu de très fortes douleurs au ventre à cause de la route totalement pourrave. 

Depuis, ça ne s’était vraiment pas calmé malgré mon alitement. Oui car, dès que je me lève trop longtemps, paf ça refait super mal. Ni une ni deux, Loulou appelle une sage-femme le lendemain de notre retour qui lui dit : « repos, repos et repos. Et spasfon aussi. Et doliprane là maintenant, 1 gr. Et si ça ne passe toujours pas, un petit passage aux urgences pour s’assurer que tout va bien. ». 

Aujourd’hui, toujours pas bien. Bon, ben zou nous sommes allés aux urgences, vite accueillis et heureusement vite rassurés aussi. C’est encore Merlin (tu sais, c’est celui qui l’avait appelée « La Chose » à l’écho des 5sa !) qui s’occupe de nous, il est hypra sympa. Notre fille se porte à merveille, toujours le hoquet comme à la dernière écho, le coeur toujours aux alentours de 150bpm, bref ça va. 

Là où c’est moins bien pour moi, c’est que ces douleurs sont ligamentaires et qu’il va donc falloir que je m’y habitue sérieusement, car dès qu’elles sont là les coquines ça veut dire qu’elles vont squatter jusqu’à l’accouchement. Rien de grave donc, juste embêtant, et finis les longs trajets on préfère rester prudents. Mon ostéo chéri m’avait déjà dit que mes ligaments utérins c’était l’apocalypse dès qu’ils étaient un peu titillés alors je n’ose imaginer sa tête s’il me voyait là maintenant^^

La consigne est donc bien simple : on se repose, on reste tranquille et on cohabite avec la douleur ligamentaire, mon ami le doliprane et son acolyte le spasfon.

 

Pourquoi cet article finalement ni intéressant ni bourré d’évènements? Ben parce que mes cocottes, y aura bien un jour où vous aussi vous vous poserez des tas de questions sur les douleurs qui surviennent comme ça, lancinantes, inquiétantes et inconnues au bataillon. Vous serez bien contentes d’apprendre qu’une certaine dénommée Titpouce a flippé grave sa race aussi, mais que tant qu’il n’y a ni perte bizarre, ni contraction, ni saignement, il n’y a pas lieu d’appeler le SAMU 😉 Alors, heureuses ?? 😀

 

Il y a AUSSI des phrases débiles une fois dans le train

On annonce l’arrivée de notre fille, il y en a qui sont ravis et qui nous sautent dans les bras, il y en a plus réservés mais tout aussi heureux. Et puis il y a ceux qui n’ont décidément aucun tact :

« Bon ben, cette fois-ci essaye de le faire naître celui-là »

« Ouh là, cette fois moi je préfère rien dire, j’attends de la voir née en face de moi pour vous dire félicitations »

« C’est à combien de mois que tu avais perdu l’autre, déjà? »

« Ah. Ben tu sais quoi Loulou? Ta cousine est enceinte de son troisième, je suis tellement heureuse pour elle, moi je le savais qu’elle était enceinte. » Loulou bout, car à chaque fois qu’il essaye de juste rappeler à sa grand-mère que là c’est notre annonce, elle rajoute : « oh je suis tellement heureuse pour ta cousine ! » Elle parle du fait qu’à un moment elle a perdu son bébé donc c’est juste merveilleux qu’elle ponde un troisième !!! Moi, excédée, agacée : « Oui, ben nous aussi nous avons perdu notre bébé, et nous on n’a pas une tripotée de gosses, on en a chié pendant pratiquement 3 ans ! » Réponse de la mamie : « Oh ta cousine tu sais, j’étais sûre que c’était un garçon ! ». O_o

« Ben maintenant qu’il est là ce bébé, faut passer à autre chose, le problème n’est plus là » (le « problème » désignait la perte de notre ange, pour replacer dans le contexte)

Il y a ces attitudes qui te donnent envie de hurler, mais tu ne peux pas, tu te retiens, tu te maîtrises, tu ravales tes larmes et tu gardes la tête haute pour ne laisser aucune prise. Avec Loulou, on s’est dit qu’il faut garder la joie et les belles phrases des autres, même si ce qu’on a entendu fait très mal. Vous voyez, la connerie humaine ne change pas, la PMA est marquée au fer rouge dans nos vies mais nous en sommes fiers : c’est ce qui a fait qu’aujourd’hui nous sommes ce que nous sommes, que nous avons rencontré des personnes extraordinaires et surtout c’est par ce chemin merveilleux du don que nous avons rencontré nos enfants, ceux au ciel, et celle chaque jour plus belle au creux de moi.

Et pour être totalement (moins) poétique : LES AUTRES, ON LES EMMERDE !!!

 

Echo à 15sa+5….le secret de Franz dévoilé pour notre anniversaire de mariage….

 

 

Eh bien oui, Franz a été en réalité doublé au dernier tournant par Gertrude^^ Et tout le monde est tombé dans le panneau hahahaaa ! 😀

Bon, alors on se demande bien comment on va l’appeler maintenant notre petite puce, parce que continuer de l’appeler Franz ça le fait pas trop trop. Vous savez ce qu’on va faire? J’attends vos suggestions, dites-moi le ptit nom auquel vous pensez pour « Franz », et Loulou et moi on tranchera 😉 ça vous va?

Pour mes copinautes qui sont à bout de souffle

Je me fais discrète sur vos blogs, peur de chagriner, peur d’être de trop, peur que rien qu’en voyant mon pseudo avant de lire mon commentaire vous vous disiez : « ah…encore une qui est enceinte…elle peut plus comprendre, elle nage dans le bonheur »…peur, quoi.

Mais pour autant, je suis toujours la même, et je continue de vous lire et d’espérer pour vous un bien meilleur dénouement que celui que DNLP semble vouloir vous montrer, je sais que plusieurs d’entre vous êtes fatiguées de vous battre, que vous en avez marre de cacher votre souffrance aux autres, vous avez juste envie de faire tomber le masque ou qu’il n’ait jamais eu besoin d’exister. 

Je comprends votre rage, votre bitchage, votre envie d’évasion et votre besoin de vous écarter du bonheur des autres qui vous cause du chagrin malgré toute votre bonne volonté et votre amitié. 

Je sais que mon blog vous fait actuellement mal, que vous ressentez le besoin de vous protéger, que le simple fait de lire « tout va bien », « Franz gigote » vous cause un mal terrible, je le sais si bien car rappelez-vous, une pmette une vraie n’oublie jamais son parcours et les souffrances ressenties. 

Vous pourrez m’envoyer chier et me dire que sincèrement mes paroles sont bien jolies mais qu’elles n’enlèveront en rien votre trou au coeur, mais je voulais juste vous dire : ne vous découragez pas. Oui, c’est dur, oui c’est souvent même insoutenable comme parcours, oui on enchaîne les merdouilles et oui, au niveau du couple c’est pas toujours la forme parce que la pma peut causer de l’éloignement. Oui, chaque négatif en plus charge la mule et vous rend plus vulnérable et épuisée. Mais regardez-vous, chacune, regardez vous êtes toujours là ! Vous vous battez toujours, vous continuez de prendre ce fichu téléphone et appeler votre pma pour organiser la suite, vous prenez votre courage à deux mains et allez chercher votre Gonal, Ménopur et autres traitements. 

Vous êtes fortes, vous savez vous battre et votre homme aussi même s’il ne le montre pas de la même façon que vous. Et même si vous avez des moments d’épuisements, je ne peux qu’admirer votre force et votre détermination pour atteindre votre rêve. Alors, je ne sais pas quel chemin vous amènera jusqu’à votre enfant, mais je sais déjà une chose : vous êtes des gagnantes, et votre bébé, vous l’aurez.

 

J’espère que vous verrez des paroles bienveillantes et pleines d’affection et non « les hormones de la dinde qui la rendent toute ramollo » 😉 j’espère pour vous, je pleure pour vous, je me réjouis pour vous, bref je suis là et ma grossesse ne m’a en aucun cas dépourvue de mon dévouement pour vous.

Le week-end en famille

Ce fut un week-end tellement riche que je ne sais par où commencer. Tout d’abord, en plus de mes deux frères, j’ai une petite soeur que j’adore (nous avons 7 ans de différence) et qui n’était pas au courant de cette grossesse bien sûr, prudence oblige. 

Elle avait une représentation de théâtre dirigée par une de ses profs, mais j’avais dit que nous ne pourrions malheureusement pas venir, pour lui faire la surprise. Quand elle nous vit arriver Loulou et moi, et qu’elle posa les yeux sur mon ventre, elle étouffa un cri de surprise et fonça dans mes bras (puis se carapata vite dans les coulisses tant elle était émue, et pleura de joie ❤ ). J’étais dans le même établissement qu’elle et revoir des profs qui se souvenaient bien de moi et qui étaient fous de joie pour nous m’a fait vivre un moment unique. Quelle ne fut pas aussi la joie de mes parents, quand ils virent enfin ce petit bidou qui concrétise plus encore la présence de Franz !

A peine avons-nous posé le pied chez eux que nous étions couverts de cadeaux pour Franz, et d’attention, d’amour, d’euphorie ! Ma mère posa la main avec beaucoup de tendresse sur mon ventre, elle y déposa un baiser pour Franz. Personne d’autre que ma maman ou ma petite soeur n’aurait ce droit là, mais venant d’elle nous avons été très touchés.

Le soir-même, nous avons voulu offrir un moment fort à mes parents : écouter le coeur de Franz avec l’angelsound (merci encore à toi Emily 🙂 ). Franz avait encore bougé de place, mais Loulou chercha patiemment où se cachait exactement ce petit coquin, et je vis tout à coup les yeux de mon père briller d’émotion et d’amour. Ma mère eu aussi ce bonheur, je vous laisse imaginer sa joie 😉

 

Le lendemain, ce fut une grosse et intense journée. Ce devait être la journée de l’annonce officielle de l’arrivée de Franz, mais mes frères n’étaient pas là : l’un était auprès de sa femme en fin de grossesse qui doit rester le plus possible alitée, et l’autre était en allemagne chez des potes. Mais Loulou s’est chargé d’appeler le premier, d’expliquer les choses et casser des préjugés pour que tout se passe au mieux. Ma foi, ça s’est bien passé. 

Mais tandis que j’étais avec ma mère et ma soeur pour goûter, tout à coup je levai les yeux vers ma mère et répétai deux fois, comme pour réaliser : « j’aurais dû accoucher aujourd’hui ». Ne me dites pas de laisser le passé et me tourner vers l’avenir, une mère n’oublie jamais son enfant. Vous le devinez, sans crier gare je me suis effondrée en larmes à pleurer mon petit et Loulou m’a prise dans ses bras, m’a emmenée avec lui dans une petite pièce au calme pour qu’on laisse libre cours tous les deux à notre peine mais aussi pour qu’on s’apaise et qu’on explique à Franz que ce jour est à la fois très triste et très joyeux. 

 

Dimanche, mes parents nous emmenèrent au cinéma, puis à un endroit que j’aime et qui me manquait terriblement : la mer. J’ai toujours trouvé dans la fureur de l’océan, tout comme dans son miroir d’huile au coucher du soleil un apaisement profond et un sentiment de liberté. A peine arrivés, je sortis humer l’air salé et Loulou qui savait que depuis tout ce temps sans voir cette beauté de la nature j’étais bien peinée, était fou de joie et prenait des photos, me câlinait, m’embrassait passionnément, bref c’était un moment à part où le paradis touchait du bout des doigts nos coeurs heureux. 

Et dans les attentions de mes parents, toujours beaucoup de tendresse, et ils ne ratèrent pas une seule occasion de dire que je suis enceinte^^ cette jolie soirée se termina par un restaurant entre nous, et une délicieuse glace dégustée le long de l’écume.

 

Enfin, lundi. Ce lundi fut aussi une grosse journée, car nous avons fait notre premier vrai achat pour Franz : THE poussette dans laquelle il va grave se la péter 😀 toujours ce sentiment de fraude, de faire un achat interdit, vous voyez le genre ? Ah, et puis la première tirelire de Franz en forme de lapinou, car comme la sécu n’est vraiment pas décidée à nous rembourser les 1600 euros déboursés pour les IAD, ben va bien falloir que Franz nous rembourse sa dette hein 😀 alors bon, quand mon papa a vu cette jolie tirelire, il y a déposé une pièce (ma maman en déposa une aussi, pas de jaloux^^) pour débuter l’argent de poche de son petit-fils / petite fille.

 

Le soir, mon autre frère étant rentré d’allemagne vint dîner chez mes parents. J’étais très préoccupée, car c’est lui qui avait eu des paroles très dures et impitoyables envers nous ces derniers temps. Alors Loulou, en grand protecteur qu’il est, parti en douce pour mettre les choses à plat avec lui. Mon frère fini par s’excuser pour le mal causé, ce que je pardonne, mais maintenant il faudra du temps car la douleur est là et ses paroles ont fait beaucoup de mal.

 

Nous sommes partis après le dîner, serrant dans nos bras mes parents et ma petite soeur, n’en finissant plus avec les embrassades. Et, grand moment : mon papa qui est très timide a posé sa main sur le bidou en disant au revoir à Franz de la part de son papy.

En somme, un week-end chargé en émotions nous attendait. Mais c’est très positif quand on fait le bilan ! Je ne serai jamais assez reconnaissante pour tout le soutien que mes parents nous ont apporté, et pour tout l’amour dont ils font déjà preuve à l’égard de Franz. Et d’ailleurs, je ne vous l’avais pas encore dit mais je sens Franz bouger 🙂 gygy d’amour m’a confirmé que c’est bien Franz, c’est furtif, c’est tôt pour une primipare mais ça arrive !  C’est pas tous les jours mais quand je sens les petites vagues au creux de moi je réalise que ce petit coeur est bel et bien là, mon océan…