L’acceptation

Romain Gary (1914-1980) 
 » Il paraît qu’il ne faut pas avoir peur du bonheur. C’est seulement un bon moment à passer »

 

Tant de fois, je me suis retournée, le coeur serré sur ce moment atroce de son envolée. Les cauchemars, son image inerte dans ma tête, ce flot de sang, ce bruit sourd et le plus déchirant au monde de sa chute brutale hors de son cocon, la vision du néant et la haine envers moi-même de ne pas avoir pu le retenir et le maintenir en bonne santé. 

Les retenues différentes quant à l’arrivée de ce petit coeur plein de douceur et d’innocence, les larmes quand, persuadée qu’il ne tiendrait pas, je regardais fébrile mes sous-vêtements en quête de saignements. Les tremblements et le teint livide quand pour l’écho de datation le sac se montra de prime abord vide. L’amour incommensurable et infiniment vertigineux qui plonge la tête et le coeur dans une angoisse vicieuse et omniprésente. L’envie de lui parler de mon Envolé, mais ne pas savoir trouver les mots pour lui expliquer. Et puis finalement, quelques pas se font et la langue est déliée. Dans le secret, quelques mots douloureux prononcés, la main qui se pose incertaine sur la paroi de son nid, et les larmes qui expliquent mieux que les phrases les ressentis et la peur qui prend aux tripes à l’idée qu’il le rejoigne sur les rivages éternels.

Et quelques pas de plus, quand ce ventre que j’ai haï se montre plus rond que la première fois, change et pointe d’une autre façon. Quand cette fois on remarque ce début de vie et qu’on me sourit avec complicité pour me dire : « je connais ton petit secret ». 

C’est aussi continuer de lui parler de tout et de rien, apprendre à vivre en osmose totale dans cette cohabitation magique, c’est voir deux petits lapinous qui s’approchent timidement de lui et sentent du bout de leur petit nez sa présence, c’est voir la petite femelle venir lécher et s’installer tout contre mon ventre et la voir s’endormir. C’est comprendre que ce petit coeur fait du bien à toute notre petite famille, qu’il apporte ce plein qui couvre le vide, c’est ne pas oublier pour autant notre Envolé mais comprendre que cette fois le chapitre commencé sera les prémices de plusieurs tomes heureux et délicieux à écrire. 

C’est finalement autoriser la paix à se lover dans nos êtres, c’est refuser que la noirceur du passé resurgisse, c’est ouvrir grand les volets et les fenêtres de nos âmes pour laisser pénétrer les doux et chauds rayons du soleil. 

C’est accepter ce qu’il s’est passé, et pouvoir réussir à dire : « je ne regrette rien. Tu es là aujourd’hui, c’est tout ce qui compte »

Publicités

15 réflexions sur “L’acceptation

  1. loumila dit :

    Message tellement magnifique et porteurs de tant d’espoirs…merci ❤ Que votre paix reste à jamais maintenant…profite à fond…!

  2. Je suis tellement contente pour vous. Par cet écho de l’autre article que tu as eu la gentillesse de nous faire partager et par ces jolies phrases écrites qui prouvent bien que tu arrives à aller de l’avant. Le passé est derrière toi maintenant. Vive le présent et le futur. Et vive Franz…
    Gros bisous

  3. J’ai eu un peu peur en commençant à lire. Puis j’ai été rassurée. Ton dernier paragraphe résume tout bien. Tu l’as amplement mérité, profite. Bisous

  4. Encore des larmes dans mes yeux, mais cette fois de bonheur de voir l’été entrer dans ta vie après cet hiver glacial et si difficile pour toi et Loulou… Et ce petit lapin si mignon … Bisous (de ma minette aussi lovée contre moi 😉

  5. C’est très joliment écrit, très émouvant ❤
    Et puis Lapinette qui lèche ton ventre et s'endort tout contre c'est tellement de tendresse…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s