RSS

que pourrait être ma vie après PMA?

01 Mar

Beaucoup d’entre vous me diront sans doute que c’est tôt pour penser à la vie sans enfant. Qu’il n’y a aucune raison pour que ça ne fonctionne pas. Vous comprendrez que quand malgré la fusion de gamètes dites parfaites ça foire encore, j’ai mes raisons de douter de notre avenir. D’autant que je dois voir mon gygy d’amour pour une biopsie de l’endomètre, au cas où DNLP aurait eu la bonne idée de merde de faire venir une petite troupe de cellules tueuses dans le terrier magique.

 

J’essaye de ponctuer mes idées avec une pointe d’humour, mais sérieux, l’heure est grave. Si on découvre que j’ai des cellules tueuses, c’est fini pour nous. Plus de pma, plus de tentative. Pourquoi essayer si on sait que la fausse couche est au bout?

On ne sait pas combien d’IAD nous seront permises encore, si jamais je n’ai pas de cellules tueuses nous aurons encore le privilège de continuer. Oui…mais si ça ne fonctionne pas? On nous parlera alors de FIV….qu’on n’aura pas les moyens de financer, ni la force pour les subir à nouveau. Notre chemin s’arrêterait ici.

 

La vie sans enfant, je ne me l’étais pas imaginée, pas de cette façon avec autant de réflexions. Que serait notre vie? Nous qui depuis bientôt 3 ans voyons notre vie rythmée par les tentatives, et l’espoir que nous y mettons à chaque fois. Y avez-vous déjà sérieusement songé?

Avec Loulou, on en parle un peu. On ne veut pas baisser les bras, mais nous sommes conscient que le don est notre dernière chance et que, si l’on découvre des saloperies chez moi qui rendent définitivement impossible toute vie au creux de moi, il faudra bien réussir à vivre pleinement malgré tout. Ne pas s’interdire d’être heureux, s’interdire de survivre, s’autoriser à aimer la vie. Loulou, c’est l’homme de ma vie. Pour rien au monde je ne voudrais être avec un autre homme, même si j’avais une flopée d’enfant avec. Je préfère vivre avec Loulou et sans enfant, que d’avoir une autre vie sans lui. Ca, c’est un premier point. 

Je nous imagine voyager, partir un mois à la montagne dans un pays dont personne ne parle à la TV, faire des randonnées et respirer à pleins poumons l’air frais de la nature, tout en dominant les nuages du haut de la montagne. Goûter à pleins de saveurs, d’autres cultures, pourquoi pas partir quelques années dans un autre pays !

Je nous imagine sur notre varad’ (moto) à partir en amoureux on the road et se laisser porter par nos envies d’évasion. 

Je nous imagine toujours très amoureux, très complices et de plus en plus fusionnels. A attendre fiévreusement le retour de l’un et de l’autre du travail pour se retrouver, se câliner devant un bon film, blottis l’un contre l’autre et comblés d’amour. A se faire des surprises, et pimenter la vie pour ne pas tomber dans la monotone habitude. 

Je nous imagine assumer de ne pas avoir d’enfant, et pouvoir tenir dans nos bras neveux et nièces sans pleurer, en appréciant leur compagnie tout simplement sans se culpabiliser de rien.

 

Tu vois ptite pmette, j’essaye de voir le « positif » dans le pire des cas de figure. Mais je sais qu’une vie sans enfant, au fond ça me tuerait. Une vie avec un enfant, je l’imagine bien aussi, mais je crois que je l’idéalise sans doute trop. Comme on se le disait avec une amie pmette : on veut avoir un bébé, c’est tout mignon. On s’imagine tout le bonheur que c’est de s’occuper de lui. Mais imagine-le grandir, être un ado boutonneux et invivable^^ là déjà, ça casse le mythe !

Bah, t’inquiètes, si on se dit ça c’est sans doute pour se consoler. Et puis tu sais, avec le temps je suis devenue une connasse d’infertile aigrie, faut bien que j’exerce mon aigrititude en me faisant croire qu’en fait c’est vraiment tout pourri de vouloir avoir un enfant ! Mouais…je suis pas très convaincue non plus.

Bref, article de maaaarde que j’aurais pu t’éviter, mais fallait que ça sorte. Ah tiens au fait, mercredi soir les saignements sont arrivés en trombe, la douleur insupportable avec, la peur de ravoir une hémorragie (je sais que c’est bête) tellement ça saignait, et puis là ça y est, ça se calme. J’imagine que ça te fait une belle jambe !

Publicités
 
13 Commentaires

Publié par le mars 1, 2014 dans Uncategorized

 

13 réponses à “que pourrait être ma vie après PMA?

  1. Plume

    mars 4, 2014 at 12:51

    Je comprend très ton raisonnement. Je l’avais imaginé aussi cette possibilité de vie sans enfant. George beaucoup moins mais bon… S’il avait fallu, il n’aurait pas eu le choix. voir le positif dans le pire et se rendre compte que vivre sans c’est possible. Sinon pour les cellules tueuses, il y a des traitements. Fabienne avait ce problème et maintenant grâce au double don et à un traitement aux intralipides, tout roule 😉

     
  2. lamisskangourou

    mars 3, 2014 at 10:52

    Je ne trouve pas que ce soit trop tôt, c’est dans notre nature de filles de se projeter et d’envisager toutes les possibilités…
    Et ces fausses couches sont tellement tristes et sources d’angoisse pour vous, et votre avenir. Même si on y croit toutes pour vous, si toi tu n’y arrives pas pour le moment c’est normal…
    Prends soin de toi, de vous… En espérant te croiser très vite lorsque tu reprendras la route de l’espoir.

     
  3. Milie

    mars 3, 2014 at 10:52

    c’est beau déjà cet amour… je ne m’y connais pas évidemment, mais même si cela s’est malheureusement mal terminé, je pense que vous avez montré que vous aviez tout pour être parents… je vous souhaite un joli happy end pour la suite… gros bisous

     
  4. savvt

    mars 3, 2014 at 7:17

    C’est un deuil très difficile à faire que celui de l’enfant… Mais tu n’en es pas encore là, il te reste plein de possibilités, des IAD mais si vous le souhaitez, peut être aussi des FIV, ou alors si vous le souhaitez (toujours une question de choix), il y a l’adoption.
    Tu n’auras j’espère pas besoin d’en arriver à tout ça. Dans tous les cas, c’est normal d’y penser, et d’extérioriser tes inquiétudes. Tu sais moi ça a fini par marcher après une dizaine de cycles de stim, 4IAC, 5 transferts de deux embryons par FIV (2 FIV), dont une grossesse extra utérine. Ma mère me disait d’arrêter que je me faisais du mal, de me concentrer sur l’adoption (on a obtenu l’agrément et on était en plein dans les démarches aussi, mais les délais sont tellement longs que je préférais faire les deux à la fois et adviennes que pourra), mais je ne regrette pas de m’être battue…
    Mais là encore, c’est un choix….
    Si tu aimes lire je te conseille le livre « a la croisée de nos chemins », de Valérie Jacquart un superbe roman (tiré d’une histoire vraie) sur l’infertilité, et le deuil de l’enfant « bio ».
    http://www.amazon.fr/crois%C3%A9e-nos-chemins-Val%C3%A9rie-JACQUART/dp/2355085706
    J’en fais souvent la promotion, non que je connaisse l’auteur (pas du tout;)) mais j’ai vraiment beaucoup aimé ce livre… je l’ai lu plusieurs fois et il m’a beaucoup aidée

     
  5. Biquette

    mars 3, 2014 at 10:50

    Tu fais bien d’exprimer tout ça.
    Niveau finances, quel est le « statut » des IAD ou des FIV avec don? Quelles seraient les conditions pour que vous puissiez vous affilier à la mutuelle du pays de la maison des lutins? Je sais que des étudiants français qui étudient ici le font mais je ne sais pas quelles sont les conditions à remplir.
    Bon courage. Enorme bisous!

     
  6. Miss infertility

    mars 3, 2014 at 9:07

    Je comprends ce que tu exprimes, et tu as raison de l’exprimer. Il faut penser à tout, mais vous n’êtes pas là pour l’instant. Le RDV se passera peut être très bien, il est possible que ce soit uniquement des méchants tours de DNLP et qu’il n’y ait pas d’autres problèmes. J’ai écrit un article récemment sur le droit d’arrêter la PMA, on le peut. Mais tu as encore un joli chemin à faire, j’en suis certaine. Gros bisous

     
  7. Bounty Caramel

    mars 3, 2014 at 1:14

    Long cheminement que ce chemin là. Tortueux, douloureux, complexe, libérateur ? Tu peux avoir envie de tout plaquer maintenant, pour y revenir ou pas, après. Dans tous les cas, votre choix est le meilleur pour vous. Une pause peut-être ? J’espère que si la pause est choisie, elle vous fera un bien immense et vous permettra de rebondir. Bisous

     
  8. mimiattend

    mars 2, 2014 at 10:13

    J’y ai pensé moi aussi, un peu seulement parce que si je me mets à y penser fort, je vais flipper. Mais je suis comme toi, je préfère une vie sans enfant mais avec mon homme, qu’une vie sans lui.

     
  9. Little Wife

    mars 2, 2014 at 9:58

    Je fais partie de celles qui diront qu’il est trop tôt pour y penser pour toi, mais je comprends tellement que tu y penses… Nous y pensons toutes, besoin de nous rassurer, besoin de dédramatiser… C’est surement un long cheminement l’acceptation d’une vie sans enfant, le renoncement. Tu n’y es pas et j’espère que tu n’auras pas à aller au bout de ce cheminement titpouce. Je vous embrasse fort toi et ton Loulou.

     
  10. Zapppp

    mars 2, 2014 at 7:00

    C’est sûr qu’on y pense à cette issue, sans pour autant l’accepter encore.
    Je t’embrasse bien fort.

     
  11. Boule de Mousse

    mars 2, 2014 at 3:21

    Moi je me disais souvent qu’on endurait tout ça pour qu’à 18 ans notre gamin nous déteste et se barre sans laisser d’adresse… oui bien sûr c’est pour nous rassurer… et on peut vivre sans enfant. Surtout quand on a un homme qu’on aime. Mais vivre sans enfant quand c’est pas par choix c’est dur quand même. J’espère que vous n’aurez pas à subir ça. Tout plein de bisous

     
  12. Violette

    mars 1, 2014 at 6:30

    Je n’écris pas souvent chez toi, pourtant je te lis et comprends les doutes et les angoisses que tu traverses…
    Je voulais juste te dire, ce que tu sais probablement déjà, que la découverte d’éventuelles cellules « tueuses » n’est pas une fin en soi. Il existe un traitement contre ça, qui donne aux femmes porteuses des chances d’obtenir malgré tout une grossesse.
    Après, je comprends bien aussi « l’usure » des tentatives, des échecs, et les difficultés financières…
    Je pense à toi.

     
  13. damelapin

    mars 1, 2014 at 5:56

    Tu fais bien d’extérioser. Je pense que, n’importe quelle décision, il faut qu’elle soit mutuelle. Il y aura un temps d’acceptation, dur, mais ne vous infligez rien que vous n’ayez envie de vivre (je sais pas si je suis claire). Bref t’es au bon endroit pour etre aigrie 😉 bisous

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :