Vidéo

Je réalise…

Les saignements se sont arrêtés, ils sont le signe d’un adieu définitif et irréversible. C’est fini.

Je ne tiens plus, je ne m’accroche plus. Les journées sont longues et interminables, elles se succèdent inlassablement, et moi je les regarde défiler sans aucune émotion. Anesthésiée.

Je croise un miroir et le déteste, quand avant j’étais ravie de me poser devant, et d’embrasser du regard ce ventre qui se gonflait de bonheur et de vie.

Je posais ma main et tremblait face à tant de joie, c’était si intense et trop beau pour être vrai. Si ma main ose s’approcher de mon ventre, c’est pour mieux comprendre que le plat qu’elle touche est le reflet de la mort qui m’a volé mon petit.

Sans l’ombre d’un doute, l’amour demeure entre nous, qui avons tout traversé ensemble sans se lâcher une seule petite fraction de seconde. Sans l’ombre d’un doute, se retrouver et faire l’amour rassure et apporte beaucoup de tendresse pour noyer ces vertiges qui me plongent dans le passé. Sans l’ombre d’un doute, s’enlacer et sentir l’amour bouillonner est un baume pour le coeur et le corps, mais ce sont bien des larmes qui roulent le long des joues, criant l’injustice de ne pas voir éclore le fruit de notre amour dans cette fusion si passionnée et intacte malgré tout.

Je réalise à quel point chaque seconde lourde et impatiente se charge de me rappeler avant de s’évanouir que tu me manques. Je n’ai plus de repère, plus d’envie, plus de vie. Juste une carapace pour me protéger des regards, des interrogations, et de l’absence de ceux qui ont su mais qui se sont écartés. L’infertilité est une peste à leurs yeux, la fausse-couche est la mort en personne.

Je réalise que comme les arbres en ce mois de décembre, je suis à nue et dénuée de vie. Pourtant en moi, quelque part, je sais que la sève coule pour m’offrir un printemps, une renaissance. Mais je réalise que cette saison s’éternise, je réalise que les bourgeons des jolies fleurs encore endormies ne m’évoquent rien, ne me procurent plus aucun frisson d’impatience.

 

Publicités

14 réflexions sur “Je réalise…

  1. Je n’avais pas vu ce post.
    Ca me fait mal a sa lecture car tout comme toi, je suis meurtrie à l’intérieur et vide de sens.
    A chaque jour suffit sa peine…
    Aujourd’hui tous tes souvenirs ne sont que souffrance et tristesse mais avec le temps tu en retiendras l’amour et la douceur que t’a apporté Titlou.
    C’est un long travail et cheminement pour y arriver mais tu y parviendras, je n’en doute pas.
    Jusque-là tu as fais preuve d’une telle combativité !
    Je me permet de te serrer dans mes bras.

  2. Bouleversant…
    Je ne trouve pas d’autres mots au regard de votre histoire. je n’avais jusque là pas oser t’écrire pour t’apporter mon soutien mais tes derniers mots me poussent à sortir de l’ombre.
    Je suis ton parcours depuis un moment et j’admire ton courage car oui tu es courageuse et même plus encore…
    Gros bisous et toutes mes pensées vont vers toi.

  3. Titpouce c’est si dur de te lire, il faut du temps pour se relever de ces épreuves. Vous y arriverez ensemble, j’ai vu votre complicité, vous ferez des miracles. Je t’embrasse.

  4. Titpouce, comme je suis triste pour vous deux. Comme tu le dis, pourquoi Dame nature ne veut pas concrétiser votre amour par un bébé. Votre amour est indéniable, il est beau et après de telles épreuves, il ne peut être qu’éternel !
    Je vous souhaites de tout mon cœur que cette épreuve soit la dernière que vous devez subir.
    Je vous embrasse très très fort.

  5. Ce post est tellement émouvant, on sent la peine que tu vis. L’hiver est là, les arbres nus, mais bientôt, en son temps, le printemps arrivera, et les feuilles sur les branches d’arbre aussi. Je suis soulagée de voir aussi que ton homme est très présent. des bisous

  6. En effet c’est l’hiver partout, et dans ton coeur aussi … Je me retrouve dans tes mots alors que j’ai perdu ma grossesse bien plus précocément que toi … les seuls remèdes: le temps et la tendresse de ton chéri, l’écoute attentive d’une maman ou d’une amie …
    Gros bisous, le printemps reviendra dans quelque temps …

  7. Ma tite Titpouce, parfois la vie semble tellement injuste qu’on n’arrive plus à se raccrocher à rien. Vous avez votre amour si précieux: raccrochez-vous l’un à l’autre !! Tu es un arbre majestueux. Peut-être un chêne? 😉 Tu sens la sève couler en toi, alors puise toute l’énergie nécessaire dans tes racines pour, quand tu seras prête, faire fleurir de nouveau les bourgeons de la vie. Je t’embrasse fort.

  8. Oh Titpouce… Tout tes mots me bouleversent, tout est dit. Promis, un jour ta main arrivera à nouveau à toucher ton ventre en le remerciant, pas maintenant, ni dans quelques semaines, plus probablement dans quelques petits mois. Dis comme cela, cela te semble horriblement long, et pourtant promis quand il sera temps d’envisager d’autres places pour d’autres espoirs, vous le saurez. La peine est longue à panser… Prenez le temps. Je suis si triste de ce que vous subissez. Je t’embrasse fort fort fort

  9. Titpouce, j’aimerai tant avoir les mots… j’aimerai pouvoir alléger ta peine et ton chagrin…Mais je sais qu’il n’y en a pas… Je pense très très fort à toi… Essaie de prendre soin de toi. Prends le temps « d’accepter » sa perte. Il sera toujours là… Bienveillant sur vous.
    Gros bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s