Un week-end entourés

Ce week-end, nous avons accueilli un couple d’amis que nous voyons malheureusement que trop rarement. Avec miss, nous nous sommes connues au lycée où elle m’avait vue évoluer avec mon Loulou.  Après le bac, quand j’ai pris un appart pour mes études, elle m’a rendue visite et en a profité pour me présenter son Namoureux, avec lequel je me suis entendue à la perfection, immédiatement.

Elle a été ma demoiselle d’honneur, assistant à mon bonheur d’épouser Loulou. C’est dans cette période que Namoureux et Loulou ont fait connaissance, et sont devenus très amis. Et puis le temps et les épreuves nous ont séparés, chacun avec sa vie et ses soucis. Pour autant, même si nos retrouvailles furent rares, notre amitié n’a pas pris un coup de vieux, et ça, nous le constatons à chaque fois.

Ce week-end, Namoureux et Miss sont venus, tout heureux d’apprendre LA nouvelle, très impatients de nous serrer dans les bras, car ils ont su combien nous avons souffert jusqu’à ce que Titlou s’accroche.   Leur venue ne fut pas anodine, car ils se sont rappelés que nous avions eu une discussion ensemble où on leur avait demandé s’ils accepteraient d’être le Parrain et la Marraine de notre « futur petit bout ». Demande à laquelle ils avaient accepté avec joie, les larmes aux yeux.

Nous nous sommes donc retrouvés autour de cette joie et ce souffle nouveau dans notre vie. Un renouveau. Des rires et des partages qu’ils avaient hâte d’écouter. Mais quelque chose m’a bloquée. On parlait souvent de Titlou, ils s’attendrissaient devant l’échographie et étaient ébahis de voir ce petit bidou avec une bobosse petite mais bien là. Ca me fait bizarre, c’est comme si je me sentais être une intrus, comme si ce bonheur n’était qu’une illusion, comme si c’était juste trop beau pour être vrai.

Nous avons rêvé de ce jour où Titlou serait au creux de moi, mais je n’avais pas imaginé à quel point j’aurais du mal à tourner la page sur notre souffrance. J’entends par là que cette souffrance ne fasse plus partie de mon quotidien (parce que je ne l’oublierai jamais, et je ne le veux pas de toute façon). J’ai le sentiment très désagréable de vivre un rêve où à un moment ou à un autre il faudra que je me réveille.

J’ai été tellement heureuse de voir mon Titlou à l’écho, mais je ne réalise pas. J’ai peur de ne pas l’aimer comme il faut en ne réalisant pas qu’il est bien là, en ne profitant pas de cette grossesse. Quand je dis « mon bébé », jme sens bête, comme si ça sonnait faux. Je crois que j’ai vraiment besoin de faire un travail sur moi, d’apprendre à accepter le bonheur qui vient, l’accueillir à bras ouvert et prendre de la hauteur sur notre parcours. Mais comment faire? Comment y parvenir?

En somme, un week-end plein de tendresse et d’amitié, mais aussi un tourbillon de remise en question, de besoin de guérison sur notre passé houleux…et croire que Titlou va rester avec nous jusqu’au bout.

Publicités

17 réflexions sur “Un week-end entourés

  1. La PMA laisse ses marques, même quand on a atteint notre but! Prends le temps de profiter de ce rêve qui prend forme de jour en jour!
    Je t’embrasse bien fort!

    • Oui, je ne m’attendais pas à ça, je m’imaginais la grossesse vraiment autrement, je pense que je me protège jusqu’aux fameuses 12sa que j’attends avec grande impatience.
      Je t’embrasse aussi bien fort !!

    • C’est vrai que ça nous a fait un bien fou de retrouver une certaine vie sociale. Je reste un peu amère sur le fait qu’on ait été très seuls pendant ce parcours (heureusement que vous étiez là !!), mais je sais que certaines personnes se sentaient pas à l’aise face à notre souffrance.
      J’espère vraiment que ça va venir, je l’ai tellement attendu ce moment !
      Je te fais de gros bisous

  2. Madame PlumeMadame Plume dit :

    c’est normal après un chemin compliqué et semé d’embuche, il faut que tu « digères » et que tu réalises ce qui se passe! et quand ça arrivera… ce sera alors merveilleux pour toi!
    Tu sera une bonne maman et tu l’aimera comme il en a besoin. rien que ton inquiétude confirme que tu l’aimes déjà!
    bisous!

    • Ton message m’a fait pleurer, tu n’imagines pas le bien que ça m’a fait de te lire. J’avais pas vu sous cet angle que mon inquiétude était déjà une preuve d’amour, je te remercie de m’avoir ouvert les yeux. Tu m’aides, mine de rien, à avancer petit à petit vers ce bonheur sans m’en priver.
      Alors, merci d’être là ❤
      Je t'embrasse

  3. C’est beau de partager ça avec les gens qu’on aime… Si ça peut te rassurer, après les premiers jours d’euphorie moi aussi j’ai beaucoup de mal à réaliser, et OUI tu l’aimeras comme il faut (et tu l’aimes déjà d’ailleurs) ton titlou, c’est normal qu’on mette un peu de temps à intégrer tout ça, on a tellement espéré… Bisous.

    • Ca me rassure que je ne sois pas la seule à avoir du mal à intégrer cette idée d’être VRAIMENT enceinte^^
      Ca va de ton côté? Les saignements se sont arrêtés ou il y en a encore un peu?
      Pleins de bisous

  4. Même si je n’ai pas encore connu les joies que tu vis aujourd’hui, je peux comprendre cette impression que tout n’est qu’un rêve. Des années à s’accrocher à cet espoir, à vivre, dormir, penser pma constamment, ça doit d’une certaine façon laisser un vide et ça doit surtout être particulièrement déstabilisant. Parfois je me projette, mais les échecs accumulés font que j’y crois de moins en moins. Du coup, je sais que si un jour ça arrive, j’aurais très certainement du mal à réaliser. Mais en effet, laisse les choses s’installer tranquillement en toi et dans vos vies, sans culpabiliser ! La bise.

    • Julys, je reste persuadée que tu vas bientôt vivre ces choses 😉 enfin…je ne souhaite à personne de se sentir pommée, mais tu vois ce que je veux dire^^
      C’est exactement ça : on vivait PMA, on dormait PMA, pas un jour ne passait sans qu’on évoque le sujet. Ca comblait le vide de nos vies. Et maintenant, on a peine à croire que c’est maintenant bien réel !
      Je vais essayer de laisser les choses se faire sans me culpabiliser outre mesure, je dis bien « essayer » 🙂 Je te fais des bisous

  5. Ne t’inquiète pas, ça va venir tout seul avec le temps. Tu vas l’aimer de plus en plus, il sera vraiment ton compagnon lorsqu’il remuera dans tous les sens, j’en suis sure !!
    A la naissance de ma fille, j’ai mis une journée à peu près à réaliser que c’était ma fille, forcément elle n’avait pas la tête que j’avais imaginée (!!), il a fallu apprendre à connaître ce petit être inconnu. C’est tellement d’émotions tout ça !! gros bisous

    • Ah ben tu fais bien de me dire qu’à la naissance c’est pas forcément évident de réaliser non plus^^ va vraiment falloir que je m’arme psychologiquement pour accepter que tout ne soit pas facile comme je me l’étais imaginée après la PMA. Mais comme tu le dis, je vais vraiment réaliser quand il bougera en moi, que je sentirai qu’il est bien là et que tout va bien. J’ai hâââââte !!!
      Gros bisous doux

  6. Étape par étape ma petite poucinette…. La PMA est une épreuve de fous et elle laisse des plaies ouvertes assez longtemps….. La peur est sûrement ce qui doit tenir le plus longtemps, d’autant que tout début de grossesse a son lot de peurs intrinsèques.
    Je comprends bien ton sentiment d’être en train de rêver avec la frousse d’un réveil qui nous sort de cette beaut, de cette douceur… Mais je sais aussi que jour après jour, semaine après semaine et mois après mois, tu va totalement être immergée dans cette grossesse et alors je n’ai aucune crainte pour tilou à son arrivée ;)…… Il ne te laissera aucun choix, tu sera propulsée dans cette histoire entre vous, dans ce lien indéfectible à la vitesse de la lumière.
    Je me souviens que ma grossesse de dinde d’il y a quinze ans s’est déroulée dans que je sois très à l’écoute , je bossais comme une dingue et je courrai partout.
    Lorsque j’ai accouché, que l’on a posée Inès sur mon cœur et que j’ai ressenti pour la première fois sa chaleur, le contact de sa peau et son souffle se calmer, mon cœur à basculé immédiatement ! Elle était le centre de ma vie et elle l’est encore aujourd’hui 😉
    On devient mère et père, à notre rythme et à notre façon. Vous concernant, je ressens tellement l’amour que vous partagez et que vous attendez comme des cous de lui offrir que je suis certaine de la magnifique histoire que vous allez vivre.
    Je te fais pleins de bises de douceur et de sérénité ma tit poucinette !

    • Merci ma tit’Céline, ça m’a beaucoup touchée (et j’ai les larmes aux yeux !!). J’ai tellement peur pour Titlou, mais avec le temps j’espère être rassurée et m’attacher de plus en plus au bonheur qui nous est offert. En plus, je ne sens quasiment rien en ce moment, je n’ai plus de grosses douleurs au ventre, les nausées se font rares, du coup je flippe !
      J’espère être une maman de choc comme toi 😉
      Je prends la douceur et la sérénité, j’en ai bien besoin ❤ et en retour, je t'envoie tout pleins de bisous de courage, de soutien, et de graaaande zénitude pour ta tentative, j'espère que tout se passe bien.

  7. Gawelle dit :

    Laisse faire le temps. C’est pas facile de laisser derrière soi les épreuves. Elles font partie de vous (je pense que c’est ça aussi qui rend votre couple plus fort) mais ce que vous avez vécu ne s’efface pas, ça s’estompe juste. Je sais que moi qd qqn m’annonce sa grossesse (naturelle) j’ai toujours ce réflexe de me dire « c’est dégueulasse ». Je pense que ce sera toujours la mais je vis avec et avec tous les souvenirs douloureux qui planent toujours. Mais un peu moins fort avec le temps. Ne te mets pas la pression, tu réaliseras et tu profiteras petit à petit. Laisse faire (je sais c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire ;))

    • Bon, déjà c’est rassurant d’avoir des témoignages qui montrent que je ne suis pas une ovnie (ou du moins, pas la seule^^), et que ça va finir par s’estomper même si tu comme tu l’écris très justement, ça ne disparaît pas. Je vais essayer de laisser le temps faire les choses et guérir petit à petit pour pouvoir profiter du bonheur qui nous est donné aujourd’hui.
      Dis-moi Gawelle, j’ai une tite inquiétude. Demain, j’en suis à 8sa, et depuis quelques jours je n’ai plus de douleurs de ventre comme avant, juste quelques petites crampes qui viennent surtout le soir mais restent ponctuelles. Et quasiment plus de nausées. Tu penses que c’est normal?

      • Gawelle dit :

        Écoute je ne suis pas médecin donc je ne peux comparer qu’avec mon cas mais je n’ai absolument jamais eu une seule nausée et les maux de ventre ont été très rares (à priori à part les contractions qui ont débuté à 18sa, ce n’étaient que des douleurs intestinales). Les douleurs aux seins n’ont duré que 3 semaines. En fait à part voir la balance monter et mon ventre gonfler (et je ne parle pas de la constipation) je n’ai pas eu de symptôme net jusqu’à ce que je la sente bouger (à 3 mois mais je suis une chanceuse). Pour moi : pas de douleur ni de saignement = bon signe.
        C’est vrai que l’écho à tendance à te rassurer mais tant que tu sens pas titlou bouger, les échos te rassureront pendant 1 semaine (ou moins) et l’inquiétude reprendra le dessus ;-/
        Courage, au début c’est pas facile de se persuader que tout va bien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s