RSS

Archives Mensuelles: octobre 2013

Titlou serait-il plusieurs?

Aujourd’hui fut un grand jour pour nous, celui de la deuxième prise de sang HCG. Comme à l’habitude, j’ai stressé à mort, mais j’ai pu compter sur le soutien de Lisette avec qui j’ai pas mal textoté ❤ merci de m’avoir écoutée.

A 11h, je devais recevoir le résultat, et rien. ENCORE! J’appelle à 11h30, on me passe le biologiste :

 » Madame Titpouce? oui, c’est le biologiste. Votre taux est 2217 ! »

C’est merveilleux, mon bébé continue de s’accrocher, on a fait la danse de la joie avec Loulou 😀 Et puis on a calculé à partir de mon premier taux, en doublant tous les deux jours :

168 x 2 = 336 (dimanche)

336 x 2 = 672 (mardi)

672 x 2 = 1344 (aujourd’hui !)

Alors voilà, on se demande par hasard si Titlou ne serait pas en coloc’ ^^ qu’en pensez-vous ? 😀

 
53 Commentaires

Publié par le octobre 31, 2013 dans La grossesse...

 
Vidéo

« Petit bonheur immense »

Je ne sais pas si Titlou restera avec nous, si tout se passera bien pour nous trois. Mais je l’aime déjà très fort, et j’ai envie de lui offrir cette chanson.
A la première FIV ICSI, je l’avais découverte. J’avais beaucoup pleuré, je me suis demandée si un jour je pourrais l’écouter avec joie.

Vous êtes ces amies qui m’entourent, je vous remercie d’être là, malgré le mal que cela peut vous faire de voir un taux positif, alors que vous ne connaissez pas encore ce bonheur / ou vous l’avez connu mais un drame est arrivé… . Je ne sais pas de quoi demain sera fait, j’ai l’angoisse de perdre mon tout petit, je me sens totalement pommée dans ce nouveau monde. Votre présence me fait du bien, et me rassure.

Sachez que quoi qu’il arrive, je ne vous lâcherai jamais.

 
19 Commentaires

Publié par le octobre 26, 2013 dans La grossesse...

 

PDS de détection de Titlou ++ : 168

Cette nuit, réveillée à 4 heures du matin, des douleurs terribles dans le bidou. Loulou se réveille, sent que j’ai mal, je lui dit :  » oui, c’est Titlou qui fait tomber quelques murs, il n’était pas content d’avoir un petit appart, il veut une villa 😀 « 

Bref, je me lève, car impossible de me rendormir. A 6 heures du matin, on se lève pour aller au labo. La prise de sang étant faite, nous sommes rentrés nous reposer. Re-réveillée, douleurs au bidou, douleurs très très fortes de stress. Et comme à chaque fois que je stresse à mort, je finis sur les toilettes. 

 

A 11 heures, on était censé avoir les résultats sur internet, et toujours rien. Re-toilettes ^^ Et puis j’ai craqué, et j’ai appelé le labo. La secrétaire est super gentille, et elle accepte de me dire les résultats par téléphone :

168 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! YOOOOOOOUUUUUHOOOOOU 😀 et moi qui avait peur d’un faux positif ou d’un taux tout petit petit ! Progestérone supérieure à 60.

Notre Titlou s’est bien installé, il est là, et bien là ! Pitié, que ce taux augmente, que tout se passe bien maintenant !!

 
40 Commentaires

Publié par le octobre 25, 2013 dans La grossesse...

 

IAD 2 : les belles choses de la vie

Mes chères amies, suite à l’échec cuisant de notre première IAD, Loulou m’a suggéré de reprendre les traitements pour recommencer. J’avais peur, peur de ne pas être prête. Et puis, je réalisai qu’il avait raison : le meilleur moyen de se relever d’un échec, c’est de réessayer.

Je n’ai pas voulu en parler sur mon blog, de peur de ne pas vous préserver face à une angoisse, et de me faire du mal à moi aussi. J’ai été silencieuse, je n’ai pas tellement commenté. Chaque bonne ou mauvaise nouvelle me heurtais d’une certaine façon.

8/10 : le premier contrôle

Cata, c’est le premier mot qui me vint à l’esprit. L’endomètre fait à peine 3mm, un petit follicule de 9mm seulement, les autres faisant 3mm. Désespérant, c’est le deuxième mot qui m’a poursuivi toute la journée. Envie d’abandonner, peur d’abandonner, envie de continuer, mais là aussi il y a la peur de s’acharner inutilement. Un cycle foireux, ça, c’est certain. J’ai attendu, fiévreuse, l’appel de notre pma, ne sachant que penser, comment réagir si l’on me dit que l’on continue, ou que l’on préfère arrêter.

« Madame Titpouce ? Bon…le cycle est nulle part. On va continuer le Gonal à 50UI, on refait un contrôle vendredi, et on avise. »

C’est face à cette décision que je me suis dit que j’aurais préféré à la limite qu’on me dise qu’on stoppe tout, et qu’on laisse le corps se reposer pour réattaquer au prochain cycle. Je me suis défoulée sur mon vélo elliptique, essayant de vider ma tête de toute inquiétude, et puis mon cœur m’a fait comprendre qu’il était temps que je me calme, que je respire lentement. Ma poitrine se soulevait avec peine, « cette arythmie fait ch**r » me dis-je, mais après tout, je suis loin d’être la seule à en souffrir. J’ouvrai ma bouche comme un poisson hors de l’eau cherchant son oxygène. Loulou, inquiet, me demande si ça va, et devine que j’avais encore déconné… . Et puis, sous la douche, en discutant avec Loulou, un souvenir remonte : le TEC ne s’était pas super bien passé niveau stim, ça avait été assez laborieux.

J’ai fouillé, fouillé, et enfin, tenant l’écho fébrilement, je fus soulagée : mon endomètre, avec le même dosage et à un jour près de stim’, mesurait 1mm. Par contre, il y avait plusieurs follicules en formation, le plus gros mesurait 12mm. Mais, à l’écho suivante, 6 jours plus tard avec une augmentation de gonal à 75UI, ce n’était toujours pas mûr, et l’endo faisait 6,5mm. Bref, tout ça pour dire que ça risque d’être long tout ça.

Ca va mieux, vraiment mieux, parce qu’il reste de l’espoir, parce que là je sais qu’il ne faut pas se décourager maintenant, tout va bien se passer. Tout devrait bien se passer, je l’espère, je vais tout faire pour, mais il faut aussi que j’accepte de ne pas tout maîtriser, et c’est toujours le plus dur.

10/10/13

Nous sommes à la veille du prochain contrôle. Mon bébé, mon doux amour, comme j’espère me rapprocher un peu plus de toi ! Comme j’espère dans chaque fibre de mon corps que cette boule d’espoir taillée par notre amour, fera l’accueil du héros qui la percera pour mieux fusionner avec elle, et te faire naître parmi nous !

Mon cœur, mon petit ange chéri, je me sentirai sans doute gauche une fois enceinte, ce sera tout nouveau… . Enfin marchons, pas par pas ! Nous n’y sommes pas encore que je m’emballe !

C’est fou mon attitude, je me mets à te parler comme si tu pouvais m’entendre de quelque part, depuis l’atelier des bébés, où en ce moment même tu fais l’objet d’une étude poussée 🙂

Je me prends à lever les yeux vers le Ciel, persuadée que tu es taillée par le créateur de toute vie, comme le croient bien des gens. Mon petit chérubin, de toute façon, tu seras tellement beau qu’il ne peut en être autrement, en te voyant, tout le monde ne pourra que se rendre à l’évidence que Dieu existe !

Quand j’y pense, quel drôle de parcours ! Quand le don fait partie du voyage, on a l’impression de vivre L’HISTOIRE atypique que la Terre ait portée, et pourtant, nous sommes tant de couples à bénir tous ces généreux lutins et fées qui ont accepté de nous aider pour atteindre notre rêve ! Ils nous ont payé le billet pour rentrer dans le club privé des parents, maintenant, faut réussir à passer la douane, et cette DNLP n’est pas bien commode… l’amadouer ne servirait à rien, de toute façon tu pourrais afficher la plus grande innocence et la plus grande sincérité, qu’elle t’écrouerait !

Quel pessimisme…c’est affligeant ma pauvre Titpouce, il serait temps de te montrer un peu plus positive dans la vie !

 

11/10/13 : deuxième contrôle

L’endomètre est à 8mm, et un beau fofo de 21,7mm s’est préparé. Tout a poussé d’un coup, d’un seul !

Appel de la pma : « Madame Titpouce, on déclenche avec l’ovitrelle, et rdv samedi pour l’insémination !! » O joie !!!!!!!!!!

 

13/10/13

Nous avons fait le grand saut ce week-end, dans notre Belgique bien-aimée. Actuellement, je suis composée de moi, et de plus de 19 millions de petits bonhommes super fortiches qui ont bataillé fort cette nuit, pour s’emparer de l’insaisissable 🙂

///////

Et puis s’en sont suivis les jours d’une longue attente, mais cette fois, avec beaucoup de sérénité. Est-ce que l’échec de l’IAD 1 y est pour quelque chose ? En partie, oui, c’est certain. Mais aussi, je me dis que ce qui devrait arriver arriverait de toute façon !

Demain, c’est la prise de sang. J’ai donc demandé à Loulou de pouvoir refaire un TG cet après-midi, pour ne pas tomber de trop haut face au négatif. J’ai fait mon test-pipi, je l’ai laissé dans les toilettes et suis allée me poser devant la téloche, face à ma série préférée.

Loulou tournait comme un lion en cage, et puis, il est allé regarder. Le sablier tournait encore. Encore un petit tour aux toilettes : rien. Et puis ce qui devait arriver, arriva, comme par magie. Un « OUI + » ❤

SAMSUNG

Mon Loulou arriva en pleurant dans le salon, tenant le test dans ses mains. Il me couvrit de bisous, posa sa main sur mon ventre. Nous avons pleuré, ri, nous ne savions plus si ce que nous vivions était un rêve, ou bien la réalité.

Il semblerait que les belles choses de la vie soient possibles, que notre tunnel ait laissé entrevoir un doux rêve réalisé. Demain le grand jour de la prise de sang, qu’à la fois je redoute, et que j’aspire…

 
59 Commentaires

Publié par le octobre 24, 2013 dans La grossesse...

 

CECOS V.I.P s’il vous plaît !

Hier matin, nous sommes allés à notre rdv au Cecos. Nous avions décidé de prendre nos précautions dans le cas où ça ne fonctionnerait pas en Belgique, ou qu’on n’ait plus les moyens de payer les tentatives. Vous allez adorer le système français ! Nous arrivons dans ce qui semble être la salle d’attente : des couples parqués dans le hall d’entrée, avec pour seule amie la photocopieuse et le local vétuste où les courants d’air s’engouffrent. On se regarde : « où sont nos fauteuils blancs? On retourne en Belgique !!! »

Face à nous, il y a un couple dont on lit la souffrance sur leurs visages. Ils ont le regard fuyant, ils se parlent peu, ils ont l’air vraiment dans mal…ça nous fait vraiment de la peine pour eux, car on est bien conscients que bien des fois, des gens ont pu faire ce constat en nous regardant. Alors on comprend la détresse, mais on ne peut rien faire… .

Tout à coup, on entend : « Madame Titpouce ! », on est bien contents de quitter la « salle d’attente », mais le « cabinet » n’est guère mieux. C’est plus un local à balai qu’autre chose, mais bon, on est en France. Le gynéco regarde notre dossier, nous lui expliquons notre situation actuelle, la raison pour laquelle il y a des examens prescrits en dehors du cadre de notre ex-pma. Eh bien…

NOUS AVONS ETE REFUSES ! Refusés car même si c’est à l’étranger, le Cecos ne permet pas aux couples de s’inscrire dans un 2ème centre, parce que ce serait comme voler la place à un couple. On dit avec Loulou qu’on ne comprend vraiment pas la logique, on n’embête personne, et puis de toute façon, vu les deux ans d’attente pour avoir un donneur en France, on ne va pas épuiser le peu d’échantillons spermatiques non plus ! Eh bien non, c’est comme ça. « Revenez nous voir si ça ne marche pas en Belgique, vous pourrez être acceptés, mais faudra attendre 2 ans comme tout le monde ».  Je me marre, et dire que nous avons eu 3 jours d’attente pour avoir notre donneur (et ce, parce que notre rdv était juste avant le week-end, sinon on l’aurait eu plus tôt encore !). Quand j’ai dit ça au gynéco qui nous recevait, je l’ai senti se crisper, il n’était lui-même pas convaincu de ce qu’il disait, on sentait à quel point son job lui rongeait les nerfs, qu’il ne prenait pas du tout son pieds dans son taff.

Il était vraiment sympa par contre, il n’a pas été désagréable pour un sou, c’est la politique du Cecos qui m’a écoeurée. J’en ai profité pour lui dire que c’est bien gentil de dire aux couples que s’ils veulent passer sur le haut de la pile il faut qu’ils ramènent un donneur, mais que c’était à nos yeux du pur chantage, et que l’on ne se voyait pas demandé à qui que ce soit : « Tiens, salut ! Ca te dirait de donner ton sperme ? ». Re-crispation. Il comprend, mais il est interdit au Cecos de faire de la pub, donc c’est aux couples que revient cette tâche.

La petite cerise sur le gâteau, c’est quand, pour nous offrir un lot de consolation, le gynéco nous dit : vous pourrez toujours revenir pour le désir d’une deuxième grossesse ! », je réponds du tac au tac : « euh, si ça fonctionne avec la Belgique, c’est eux qu’on ira revoir sans aucune hésitation ! ».

Bilan du jour : Loulou et Titpouce se sont levés tôt pour entendre qu’ils n’étaient pas acceptés pour cause d’infidélité au Cecos français (quels libertins ces deux là !) ; ils ont une gueule de zombies pas frais parce qu’ils ont eu un emploi du temps chargé, et peu d’heures de sommeil pour récupérer (mon œil gauche me brûlait et pleurait tellement j’étais claquée, fallait voir !) ; ils se sont dit que décidément, la France est un pays vraiment tout pourri, et qu’ils iraient bien se renseigner pour s’expatrier en Belgique dès que petit bout sera auprès d’eux.

 
21 Commentaires

Publié par le octobre 18, 2013 dans claques

 

Étiquettes :

Vidéo

Mon ange

À travers la pluie battante
J’ai perdu les mots
Pour nous raccomoder
Pour te dire comme ça fait mal
Parce que dernièrement nous avons brisé
Tout ce que nous avions construit
Et je suis fatiguée d’attendre assise
Seule dans le noir
Il y a encore un moyen de tout arranger
Nous allons trouver la force cette fois

Et repousse cet échec
Change la nuit en jour
Ne sais-tu pas que tu te tiens dans la voie de la lumière?
Verse l’huile sur ces flammes
Accélère mon cœur à nouveau
Ne sais-tu pas que tu te tiens dans la voie de la lumière?

En rond nous faisons des cercles
Est-ce que ça doit être aussi dur?
Nous pouvons arrêter la lutte
Si tu baisses ta garde
Il y a encore un moyen de tout arranger
Nous allons trouver la force cette fois

Et repousse cet échec
Change la nuit en jour
Ne sais-tu pas que tu te tiens dans la voie de la lumière?
Verse l’huile sur ces flammes
Accélère mon cœur à nouveau
Ne sais-tu pas que tu te tiens dans la voie de la lumière?
Alors viens, viens, viens
Nous avons vécu dans les ténèbres trop longtemps
Alors viens, viens, viens

Repousse simplement cet échec
Change la nuit en jour
Ne sais-tu pas que tu te tiens dans la voie de la lumière?
Verse l’huile sur ces flammes
Accélère mon cœur à nouveau
Ne sais-tu pas que tu te tiens dans la voie de la lumière?
(x2)

 

 

 

Mon ange, mon idylle, ma quête, nulle frontière n’existe pour toi. L’attente fiévreuse nous rend parfois délirants, il nous arrive de balbutier des idioties, de se mettre à hurler que tu ne viendras jamais.

Mon ange, ma lumière, ma couleur, nul échec n’existe pour toi, ce ne sont que des marches supplémentaires qui nous amènent jusqu’à toi. Au milieu de ces escaliers faussement éternels, nous rageons, des courbatures endolorissent nos pas, plus lourds.

Mon ange, ma vision, mon rêvé éveillé, nulle douleur n’est trop grande pour toi. Alors que l’on gravit ces étages interminables, des aiguilles d’elixir brûlent au ventre, l’essoufflent, le gonflent de fatigue , l’étau de crampes se referment sur lui, on en vient à se lasser.

Mon ange, mon addiction, ma blessure, nulle obsession n’est trop irrationnelle pour toi. Te désirer est à la fois la cause de mon chagrin et celle de ma joie. Des objets portent ton nom, et s’entassent, s’empoussièrent dans un coin de ta chambre. Les voir me rappelle ton absence, mais aussi ta future présence.

Mon ange, ma rage, ma fureur, mon combat, nul mur érigé ne saura nous arrêter, jusqu’à ce que, bel ange endormi, tu ouvres tes yeux de velours sur nous, émus aux larmes.

Mon ange, mon tendre amour, ma persévérance, nous arriverons jusqu’à toi, patience… .

 
4 Commentaires

Publié par le octobre 10, 2013 dans Uncategorized

 

Quand l’innocence se balafre de réalités cuisantes

J’en suis là, à réaliser que nous sommes seuls. Nous avions des amis, où sont-ils ? Quand nous étions fiancés, les gens se disaient qu’on avait besoin d’être tranquilles, pour savourer nos moments à deux, pour nous construire. Quand nous nous sommes mariés, les gens se sont dit qu’il fallait nous laisser encore plus tranquilles, parce que désormais, c’était un foyer qu’on allait construire, les jeunes mariés réclament d’être seuls à seuls… . Quand on a voulu un enfant, les gens se sont dit qu’il fallait nous laisser tranquilles, parce que d’ici peu il y aurait un bambin à s’occuper. Quand nous sommes entrés en PMA, les gens se sont qu’il fallait qu’on les laisse tranquilles, parce que la souffrance est venue entacher notre vie, et ils ont eu peur qu’elle éclabousse la leur.

 

Ne parlons même pas de ceux qui se montraient tout de même attentifs, et qui dès qu’ils ont appris qu’ils auraient un enfant, nous l’ont caché, jusqu’à ce que ce soit trop voyant, nous ont écarté de leurs soirées « entre amis ». On apprenait par d’autres personnes qu’il y avait eu telle soirée chez untel. Un jour, on se promenait près d’un plan d’eau bien connu dans notre ville, et nous y avons croisé ces fameux « amis » qui allaient pique-niquer ensemble. Ils se sont sentis bien cons… .Nous aussi.

Je me demande à quoi cela rime d’avoir des liens avec autrui, si c’est pour qu’il nous laisse et nous rejette dès que notre histoire est différente de celle des autres, entrés dans le moule des fertiles. Vous allez me dire que l’amitié sincère existe, c’est vrai, je ne le nierai pas. Mais combien d’entre vous peuvent dire que JAMAIS, cette amie ne vous a laissé de côté, que JAMAIS elle ne vous a traité différemment parce que, ô malheur, vous vivez votre quotidien avec l’infertilité collée à vos bask’ ?

 

Vous n’en avez pas marre d’être rejetés ? Vous n’en avez pas marre que le regard des autres changent dès qu’ils apprennent que vous n’arrivez pas à avoir un enfant ? Vous n’en avez pas marre d’être ignorés ? Vous n’en avez pas marre de savoir pertinemment que les autres voient votre souffrance mais la minimisent ? Parce que moi, si. J’en ai marre.

J’en ai marre du « ooooh, mais ça marchera la prochaine fois !!! », « ooooh, mais vous êtes jeeeeeeunes, pourquoi vous inquiéteeeeeer ?! », « ooooh, mais vous y pensez troooop ! Vous n’avez qu’à adopteeeeer ! ». Je voudrais que pour une fois, juste une fois, les gens ressentent notre souffrance comme s’ils la vivaient, peut-être que notre société ne nous musèlerait pas en banalisant l’infertilité, en présentant la PMA comme la solution miracle qui va combler tous les couples rapidement. Parce que c’est faux, nous le savons, nous le vivons, nous en parlons, mais bien vite nous nous taisons, parce que ça saoule tout le monde.

Un jour, quand il n’y aura plus 1 couple sur 6, mais 4 couples sur 6 qui consultent pour des problèmes d’infertilité vu les saloperies qu’on nous fait manger, la pollution et toutes les choses que l’on ne soupçonne pas mais qui nous bouzillent la santé, peut-être serons-nous pris au sérieux… . Et peut-être, je dis bien peut-être, nous sentirons-nous moins seuls…moins « marginaux ».

 
19 Commentaires

Publié par le octobre 10, 2013 dans claques