RSS

Le désir de bébé vu par Loulou

11 Août

J’écris à tâtons sur un territoire inconnu…

D’abord merci à tit’ chérie de m’offrir une petite case dans son monde de Pmette blogueuse. Et à vous de votre patience si vous lisez ce post jusqu’au bout, il paraît que je ne suis pas synthétique… demandez donc à ma femme 😉

Quand tit’chérie m’a lancé, comme ça, au détour d’une phrase, « ça te dirait d’écrire un article sur mon blog ? », je me suis dit : « Oups, moi ? mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir écrire ? Est-ce que ça ne va pas faire… intrusion ? »… Mais, comme si elle lisait dans mon esprit, ce qu’elle fait si bien au quotidien d’ailleurs, elle m’a tout de suite précisé le fond de sa pensée : il y a une photo, que l’on a prise au Portugal, au beau milieu d’un lieu à part. Une photo pleine de sens mais qui me concerne en tout premier lieu. Une photo incroyable d’une statue incroyable. J’ai tout de suite compris de quelle photo il s’agissait. Et en effet, je ne peux pas faire autrement que de laisser courir mes doigts sur le clavier à propos d’elle.

Sans plus tarder, je lève le suspense, et vous laisse le temps de la regarder attentivement.

Image

Voilà qui est fait ? Continuons, alors.

Je vous l’avais dit. Une statue incroyable. Il fallait y penser… Je crois que l’artiste qui a imaginé puis sculpté cet homme, qui abrite en lui un petit être, a véritablement compris ce que c’est que le désir d’être père, profondément.

Pour moi, on n’attend pas un enfant « à côté » de sa femme, ou même « avec » sa femme, dans le sens où on l’accompagnerait dans un périple où nous, les « bonhommes », n’avons aucune réelle part. Attendre un enfant, c’est tellement plus que ça pour un papa… surtout quand le petit bout se fait désirer. Un papa ne pourra jamais porter physiquement son enfant, c’est vrai. Mais son enfant, son bébé, ce petit être qu’il guette, qu’il recherche, qu’il espère, qu’il supplie d’entrer dans sa vie, il le porte en lui dès la première seconde où ce désir naît dans son coeur. Et ce, même s’il est physiquement, médicalement, scientifiquement incapable de le porter, même sous la forme d’un « petit warrior » en bonne santé… (oui, c’est le petit nom que tit’chérie et moi aimons donner aux mini-zozoïdes qui ont décidé de faire la grève dans mon corps… plusieurs d’entre vous le savent certainement déjà).

Comme cet homme figé dans la pierre, je porte en moi l’enfant que nous désirons si fort, et de plus en plus fort, depuis que nous sommes tombés amoureux. Cet homme, on pourrait croire qu’il est étonné de trouver cet enfant en lui, si on ne regarde cette statue qu’une seconde. Mais non. C’est tout le contraire.Il se penche vers lui, l’entoure de ses mains, comme pour lui dire « ne t’en fais pas. Papa est là. Il va prendre soin de toi. Il va tout faire pour que tu viennes, que tu pointes ton nez et, quand tu seras arrivé, pour que tu aies une jolie vie, et pour que tu ressentes tout l’amour qu’il a déjà pour toi aujourd’hui, alors que tu tardes encore à venir. Et si possible, pour que tu sois un jour aussi fier de lui qu’il est l’est déjà de toi. Je t’aime, petit ange. Je t’aime et je t’attends. »

Mais voilà. Un jour, tout bascule, et ce petit être que je sentais déjà grandir en moi, prendre toute la place qui lui revient de droit dans mon coeur, semble devoir disparaître. « Monsieur, vous êtes infertile. 100% de mortalité, c’est sans appel. » Voici donc la source du problème. Monsieur ne pourra jamais offrir d’enfant à sa femme. Monsieur est anéanti, se sent vide, se sent inutile, se demande ce qu’il a bien pu faire de mal. Se demande ce qu’il fait là, finalement. Esquisse un fol espoir, l’espace d’une seconde… peut-être qu’il existe une solution… et le chasse bien vite, cet espoir. Ainsi le ventre de la statue n’est plus qu’un ovale vide, où s’engouffrent tous les vents mauvais.

Mais « Loulou » a une femme extraordinaire. Elle le relève, malgré sa propre souffrance. Elle le console, malgré sa propre tristesse. Elle cherche des solutions, malgré son abattement. Et elle en trouve une. Le petit bout d’chou renaît dans le coeur et les tripes de son homme. L’ovale se comble à nouveau : c’est parti pour la FIV icsi. « Ils ne bougent pas ? Qu’à cela ne tienne. On va les faire avancer nous-mêmes. On va leur mâcher le travail. ils n’auront plus qu’à s’installer dans le nid douillet de maman ». Super…

Charge à Monsieur, maintenant, de donner de sa personne à chaque fois qu’on le lui demande. Pas si simple. Voire, parfois, très compliqué. Moralement. Physiquement aussi. Mais l’espoir est là, la solution au bout… peut-être. Et puis, comment se plaindre, alors que tit’chérie, elle, souffre le martyre avec des traitements hormonaux qui la torturent. Quelle impuissance face à tant de douleurs… Monsieur fait de son mieux, tente de rester toujours fort, craque par derrière, parfois ouvertement quand il n’en peut vraiment plus. Dur de voir que ça n’est pas lui qui endure toutes ces douleurs alors que, « logiquement », ça devrait être lui… C’est étrange de constater à quel point on peut culpabiliser à propos de situations qu’on n’a jamais demandées, qu’on n’a jamais provoquées volontairement, et contre lesquelles on ne peut rien… mais on culpabilise quand même. Que ceux qui nous disent que c’est bête y regardent à deux fois : comment peut-on réagir autrement quand ça nous tombe dessus ?

Mais là encore, Loulou a une femme merveilleuse. Elle trouve les mots pour ôter ce faux poids de coupable des épaules de son homme. Patiente. Tendre. Compréhensive. Mais déterminée, et ça paye, doucement mais sûrement.

Pourtant, bébé-dedans-Monsieur reste une forme qui va et qui vient, qui vacille. L’incertitude de l’attente le rend fuyant, impalpable. Au fur et à mesure des tentatives, Monsieur se prend à se demander pourquoi sa femme doit subir toutes ces souffrances, si au final, lui n’est pas… « à la hauteur » ! Puis, la rencontre se fait, quelques petits mélanges de nous se sont accrochés ! L’espoir rend le petit être plus présent, plus fort, et Loulou futur-papa le couvre à nouveau de ses mains et se surprend même, après transfert, à lui parler, à l’encourager, « accroche-toi, petit ange, accroche-toi bien »… Et puis, les désillusions le rendent tout à coup bien plus flou, immatériel, si léger… le vent s’engouffre à nouveau dans cet ovale bien fragile.

On annonce finalement à Monsieur que cette solution-là  n’aura pas d’issue. Les warriors ne pourront plus donner la vie, ils sont trop fatigués, trop mal-formés. Le don sera désormais la seule alternative possible.

Le don… nous en parlions depuis plus d’un an. Nous nous y étions préparés. Monsieur avait déjà fait un énorme travail sur lui même, qu’il n’aurait jamais imaginé pouvoir faire sans sa petite femme adorée. Quelque part, ça a été un soulagement. Ne plus voir tit’chérie souffrir, surtout avec tant d’incertitudes à la clé, c’était un de mes plus chers désirs… Mais quand même…

C’est seulement un peu plus d’un mois après avoir appris cette nouvelle que nous sommes tombés nez-à nez avec cette étrange statue. Au regard de tout ce parcours, vous comprendrez aisément que mon premier sentiment fut la tristesse devant cet homme qui, devant moi, même s’il était de pierre, portait son enfant en lui. Une réalité que je ne vivrai jamais… Mais très vite, tout cela a été balayé. Cette statue ne me narguait pas. Elle ne me renvoyait pas à ma propre infertilité. Elle me représentait. Cet enfant, je le porte dans mon coeur, dans mon âme, dans chaque fibre de ma chair. Cet enfant, je le désire plus que jamais. Cet enfant, je le porterai en même temps que ma femme. Je le verrai et le sentirai grandir en elle chaque jour. Je l’accueillerai à son premier souffle. Je l’aime déjà aujourd’hui et je l’aimerai jusqu’à mon dernier jour. Cet enfant, depuis le début, est en moi. Le don n’y changera rien. Je serai son papa, je le suis déjà. Quelqu’un , un héros anonyme comme dans les films, va seulement me donner un coup de pouce pour que ce rêve se réalise.

Aujourd’hui, l’ovale est occupé par un petit être qui n’en sortira jamais. Mon enfant est et restera à tout jamais dans mon coeur. Pas seulement, d’ailleurs. Observez donc la statue qui suit, qui m’a aidé à comprendre tout le sens de la première…

Image

Je suis cet homme. J’ai une femme qui m’a aidé à rester debout, comme cet homme est debout. Notre enfant est constamment présent là-haut dans mon esprit, ici dans mon coeur, et au plus profond de moi, comme pour cet homme. Ce bébé naîtra de notre amour, et saura un jour le combat que ses parents ont mené pour lui faire don de la vie, pour lui offrir toute une existence durant laquelle il sera aimé autant par l’un que par l’autre.

Nous n’avons jamais été aussi proches d’être parents. Je n’ai jamais été aussi proche d’être papa, pour mon plus grand bonheur. Quelle drôle d’aventure, tout de même, la vie…

Je souhaite à tous les « zhôms » de cette blogosphère, qu’ils soient blogueurs ou, peut-être plus souvent, « zhôm de blogueuse », à vous tous futurs papas (et aussi à vous futures mamans !), d’avoir enfin un jour le bonheur de tenir dans vos bras le fruit de votre amour… quel que soit le combat que vous menez.

« Monsieur » vous souhaite le bonsoir et vous laisse à nouveau entre les mains de tit’chérie ! 😉

 

Et…en bonus, cette chanson magnifique de Calogero, qui me fait dire que j’aimerais être un papa comme ça… :

« La Bienvenue »

Publicités
 
27 Commentaires

Publié par le août 11, 2013 dans IAD à la Maison des Lutins...

 

27 réponses à “Le désir de bébé vu par Loulou

  1. Lebleu

    mars 24, 2014 at 12:34

    Bonjour,
    On s’est eu au téléphone il y a 10 jours. N’ayant pas eu de vos nouvelles et n’ayant pas vos coordonnées, je reviens vers vous via ce blog afin de savoir si vous seriez prêts à répondre à quelques questions sur votre expérience personnelle.
    Bien à vous, Marie Lebleu.

     
  2. Lebleu

    mars 10, 2014 at 11:08

    Bonjour,
    Dans un premier temps, je tenais à vous féliciter pour ce blog qui fait preuve d’une sensibilité incroyable…
    Je me permets de poster un article de recherche sur ce blog pour une étude que je réalise durant mon année scolaire.
    Je suis étudiante en psychologie à Paris Descartes en 3eme année.
    Dans le cadre de ma licence, j’effectue un travail de recherche sur l’infertilité masculine.
    Mon travail de recherche vise à comprendre quelles peuvent être les causes éventuelles d’une infertilité médicalement inexpliquée chez l’homme, et à identifier des éléments qui pourront être pris en compte ou non dans la poursuite de ce projet d’enfant.
    Je suis à la recherche d’hommes essayant d’avoir un enfant depuis plus de 1 an.
    Il s’agirait de répondre à un questionnaire lors d’un entretien.
    Bien entendu, cet entretien et ce qu’il en ressort restera confidentiel. De plus, après analyse des données, je peux, si vous le souhaiter, vous restituer les résultats de cette recherche que je vous ferai parvenir dans un délai d’environ 3 semaines après l’entretien.
    Pour tous renseignements complémentaires, vous pouvez me contacter par mail : lebleu.marie01@gmail.com ou par téléphone au 0618633301.
    Cordialement,
    Marie LEBLEU.

     
  3. Sébastien

    février 4, 2014 at 8:06

    Que dire si ce n’est que cela résonne avec mon ressenti et m’a fait versé quelques larmes. Moi aussi j’ai la chance d’avoir une compagne qui me soutient, alors que c’est elle qui va subir les traitements, me porte à bout de bras, me dit qu’elle m’aime quoi qu’il arrive et qu’elle ne m’en veut pas et ne veut pas entendre parler de culpabilité.
    Souvent je me dis qu’un bébé FIV ne sera pas conçu par amour car il n’y aura pas de câlin sous la couette avec plein de tendresse et d’amour … puis je me dis qu’il en faut de l’amour pour supporter tout cela … de l’amour entre les parents mais aussi pour ce petit être qui n’est pas encore là mais tant désiré.

     
    • Monsieur Loulou :)

      février 5, 2014 at 5:10

      Salut Sébastien,

      Merci pour ton commentaire. Cela fait plaisir de voir que nous aussi, les « zôms », partageons des ressentis communs dans cette bataille si rude qu’est la PMA. Quelle chance nous avons aussi d’avoir des compagnes si courageuses qui, malgré les douleurs physiques et morales qu’elle doivent subir, ne nous reprochent rien, nous comblent d’amour et sont un soutien sans faille.

      Tu sais, j’ai eu l’occasion de parler plusieurs fois avec ma femme de ce que nous appelons (pour sourire un peu !) « faire un bébé bluetooth ». C’est vrai que le moment magique où le couple conçoit son bébé sous la couette nous est refusé, mais nos bébés n’en seront pas moins conçus par amour. Comme tu dis, l’amour entre les parents est infini et éprouvé par toutes les difficultés surmontées une à une en PMA ; l’amour pour bébé existe déjà par le désir qu’on a de le voir pointer le bout de son nez ; et plus que tout, l’acte même de donner de soi, de sa personne, de ses forces, de son temps, pour aller ensemble faire chaque nouvelle tentative, c’est de l’amour, et pas des moindres !

      Tant de couples n’ont finalement qu’à « décider » de faire l’amour au bon moment pour avoir un bébé… Pour nous, cette décision implique encore plus de choses, une volonté de fer, un espoir incroyable, des sacrifices, une sacrée trouille quand même mais mêlée d’une joie incontrôlable… et un amour décuplé. Le simple fait de se rendre au centre de PMA le jour J montre à quel point on veut ce bébé, à quel point on s’aime et on l’aime déjà. Dans ces moments là je m’efforce d’oublier la science, d’oublier l’aspect médical : c’est un moment magique, et savoir qu’une petite vie va peut-être pouvoir germer à partir de ce moment là dans le ventre de ma femme, c’est juste féerique. Je ne sais pas si tu vois et vis les choses comme ça…

      Pour ma part, on m’a même offert le magnifique cadeau de pouvoir pousser moi-même sur la « pipette aux zozoïdes »… C’est très symbolique, ça m’a rendu acteur de ce moment, mais surtout, je crois que mon geste était à ce moment motivé par l’amour le plus profond et le plus intense dont je suis capable. Bon, et puis rien ne nous empêche, aussi, de faire un gros câlin pendant la même journée… 😉

      Encore merci, en tout cas, pour ton commentaire. Il me montre que même si les hommes sont en général moins bavards sur leurs ressentis, ils vivent bien les choses aussi intensément que leurs compagnes… et bien différemment, à la fois.

      Courage à vous deux dans votre parcours, je vous souhaite sincèrement la réalisation de votre souhait le plus cher en 2014, et de bien d’autres encore… y’a pas de raison !

      Thomas (alias Loulou)

       
  4. l'Hom de Celine

    août 21, 2013 at 1:30

    Ton post est super touchant, je m’y suis beaucoup retrouvé, à la fois sur la culpabilité, le désir de devenir papa, le bonheur d’avoir une femme incroyable et combative et plein d’autres. Il m’a fait sincèrement monter les larmes aux yeux, car malgré toutes les embûches vous gardez le cap et c’est magnifique.
    Ces statues sont justes incroyables et effectivement ont ressent la force de la paternité que l’on recherche tant, cette paternité parfois si difficile à obtenir pour certains et si simple pour d’autres. On peut lire cette dernière statue comme les lieux de manifestation de ce lien si fort qui se tisse avec un enfant (dans la tête, le cœur et les tripes) pour moi qui ai la chance d’être déjà un papa adoptif ce lien est magnifique. Je vous souhaite vraiment de tout mon cœur d’accomplir ce rêve! Et on croisera nos doigts pour chacune de vos prochaines étapes.

     
  5. titpouce

    août 13, 2013 at 11:37

    Merci mon amour d’avoir bien voulu tenter cette expérience bloguesque, et d’avoir laissé tout ton amour et toute ta sensibilité couler dans tes mots. Je t’aime plus que tout, tu as été, tu es, et tu seras pour l’éternité le Grand Amour de ma vie. Et bientôt, je l’espère fort, le papa le plus aimant que la Terre ait porté.

     
  6. Bounty Caramel

    août 13, 2013 at 10:17

    Juste merci. C’est immensément touchant. Ca fait toujours quelquechose de lire les mots d’un homme sur son parcours dans les montagnes russes émotionnelles. Le meilleur est devant ! Plus proche chaque jour ! Des bises à vous 2

     
  7. Little Wife

    août 11, 2013 at 9:58

    Quel joli billet Monsieur. Vous formez un bien joli couple, aucun doute que vous serez aussi de bons parents pour le petit être qui voudra bien vous combler.
    Et les statues sont magnifiques.
    Bises.

     
    • Monsieur Loulou :)

      août 12, 2013 at 2:05

      Merci infiniment ! je souhaite de tout coeur qu’un petit être vienne lui aussi combler votre vie ! Courage à vous deux pour votre prochaine (et proche !) tentative, je croise les doigts pour vous !

       
  8. Bichon Rose

    août 11, 2013 at 6:30

    Superbe billet, les larmes sont montées direct quand j’ai regardé la 1 ère photo …
    Les hommes, vous n’exprimez pas souvent vos ressentis concernant l’infertilité qu’elle vienne de vous ou de vos femmes. Alors quand vous le faites, c’est d’une telle sensibilité. Ce billet est très touchant.
    Merci de partager avec nous.

     
    • Monsieur Loulou :)

      août 12, 2013 at 2:11

      Merci pour ton com !
      C’est vrai que les « zhôms » ne se dévoilent pas facilement… en général, c’est quand on se sent en confiance. Et ton blog, vos blogs, vos coms, vos façons de parler de vos parcours, de réagir aux posts des autres Pmettes, ça inspire vraiment confiance. Merci surtout à vous toutes d’être là, de lire sans a-priori ce que chacun a à exprimer ! Et bravo pour votre courage à toutes…

       
  9. Marinette

    août 11, 2013 at 6:13

    Ces statues sont magnifiques, savez-vos qui est l’artiste qui les a créées ?
    Merci Mr Loulou d’avoir mis des mots sur tes sentiments. Je vous souhaite plein de bonheur.

     
    • Monsieur Loulou :)

      août 12, 2013 at 2:16

      C’est vrai qu’elles sont magnifiques ! Je ne connais pas le nom de l’artiste, mais elles sont exposées de façon permanente dans ce grand parc portugais de Bombarral, appelé « Buddha Eden » (oui je sais, au beau milieu du Portugal, ça dépayse carrément !!). J’essaierai de faire des recherches si tu veux.
      Je suis heureux d’avoir pu partager tout ça avec vous. Merci d’avoir pris le temps de lire et de me laisser ce gentil com.
      Pelin de bonheur également à vous deux dans cette nouvelle belle aventure espagnole qui s’offre à vous !

       
  10. Bounty Caramel

    août 11, 2013 at 1:37

    Bon, ben maintenant j’ai les larmes aux yeux… et je vous souhaite votre plus belle réussite ! Celle du fruit de l’amour si grand entre vous deux. Merci

     
    • Monsieur Loulou :)

      août 12, 2013 at 2:19

      Ooooh je ne pensais pas déclencher les chutes du Niagara :p
      Merci surtout à toi pour ton com. Je vous souhaite tout plein de bonheur et que la roue tourne enfin pour vous deux, vous le méritez tellement !

       
  11. Celine

    août 11, 2013 at 12:46

    Vive nos Hôm, leurs sensibilité, leur courage et la beauté de nos routes !
    Énormes bises, mon Hôm va adorer lire ce témoignage !

     
    • Monsieur Loulou :)

      août 12, 2013 at 2:23

      Et vivent nos fâms (hop ! ça c’est inventé !!) qui sont si courageuses, si patientes envers leurs zhôms et si amoureuses 😉
      J’espère de tout coeur que ton hôm à toi aura apprécié mon post. Bises aussi !

       
  12. Kaellie

    août 11, 2013 at 12:36

    Merci pour ce témoignage Loulou. Je vais le faire lire à mon Geek, je sais que ça va le toucher autant, voire plus que moi.
    Maintenant, je vais sécher les larmes et vous souhaiter que ce rêve se réalise bientôt 🙂
    Bises

     
    • Monsieur Loulou :)

      août 12, 2013 at 2:27

      Merci pour ton com Kaellie. J’espère que ton Geek se retrouvera un peu dans tout ça, et pourquoi pas que ça lui soit utile… ces statues ont vraiment un sens très fort.
      Je vous souhaite sincèrement, moi aussi, de voir votre rêve se réaliser avec cette deuxième FIV que vous entamez !
      Bises

       
      • Kaellie

        août 18, 2013 at 2:35

        Mon Geek est un timide mais il te dit merci. Merci pour ce témoignage, merci pour tes encouragements 🙂
        Bises

         
  13. Boule de Mousse

    août 11, 2013 at 11:09

    Quel joli billet. Merci de nous le faire partager. . Les larmes sont montées direct. Merci. Bises à vous 2

     
  14. Octobre

    août 11, 2013 at 10:48

    Quel bel article : beaucoup d’émotions, beaucoup de force aussi. Merci.
    Quant aux statues… elles sont très « inspirantes » et me permettent de mettre des images sur des ressentis…
    Je vous souhaite, à tous les deux, tout le courage nécessaire pour la suite.

     
  15. gribouillette

    août 11, 2013 at 10:21

    Ces statues sont incroyables, pleines de sens. Et l’article est très émouvant, et merveilleusement bien écrit. 🙂

     
  16. MadameHiberne

    août 11, 2013 at 5:28

    Oh mais qu’il est dur de retenir mes larmes devant des mots aussi forts. Et en plus, Monsieur m’achève avec THE artiste qui fait battre mon cœur.
    Très bel article, si bien imagé. Tes mots sont si justes et émouvants.
    Quel bel amour on ressent aussi à travers tes mots.
    Elle doit être fière de son « zhôm » notre titpouce.
    MERCI d’avoir partagé ce ressenti avec nous, c’est bon de comprendre comment le vivent « les autres ».

     
  17. laqueteduplus

    août 11, 2013 at 12:36

    Et bien, « monsieur Loulou » vous m’avez ému aux larmes…. À n’en pas douter vous ferez un papa formidable, votre enfant n’aura qu’à lire ces lignes, et vous regarder au fond des yeux pour sentir tout l’amour de ses parents.. Merci d’être venu partager ça avec nous.

     
  18. Gawelle

    août 11, 2013 at 12:34

    Je ne sais pas pour les autres lectrices mais moi ça m’émeut de voir le point de vue de « l’autre ». Tous les blogs que je lis sont féminins et bravo d’avoir eu le courage de partager ton ressenti.
    Comme tu le dis vous n’avez jamais été si proches de l’accomplissement. C’est beau une déclaration pareille à sa chérie. Merci de m’avoir mis une petite larme à l’œil (encore ;))

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :