RSS

Frayeur

Effrayée, mortifiée, pétrifiée.

Il ne fallu que quelques minutes pour que l’angoisse prenne le pas sur la tranquillité qui m’habitait. Me voilà assise sur le bord du lit d’hôpital dans lequel se trouve ma fille, effrayée, en larmes, en proie à des frissons, des incompréhensions.

Quelques heures plus tôt, tout allait pour le mieux. Enfin…ça allait mieux depuis la prise du traitement prescrit par la pédiatre puisque ma douce cumulait conjonctivite, rhinopharyngite, et otite.

« Comptez 48 à 72h pour que Poucinette aille bien mieux » avait-elle dit. J’avais forcément peur de ce traitement de choc, comme à chaque fois qu’il est question d’antibiotiques puissants pour éradiquer les virus attrapés chaque semaine à la crèche. Mais je savais aussi que c’était totalement irrationnel de reporter ma peur des allergies à la pénicilline sur ma fille, il n’y avait pas de raison. On m’avait dit que ce serait quand même un sacré coup du sort qu’elle fasse la même allergie que moi, qu’il fallait arrêter d’y penser (tiens, ça me rappelle un tout autre contexte où cette même phrase débile revient…).

Je rentrais tranquillement du travail, la tête bourdonnant encore de tous les rendez-vous, les clients et clientes croisés ce jour, ceux auxquels je me suis attachée, ceux qui m’ont fait rire, ceux qui avaient des attentes particulières ; on ne se doute tellement pas qu’un coup de clé dans la serrure plus tard, les yeux posés sur ma fille, tout allait se changer en cauchemar. ALLERGIE…à la pénicilline….non, c’est quand même pas possible, je dois rêver ! Et pourtant, Loulou me regarde perplexe, me montre le torse et le dos de Poucinette : elle est couverte de plaques.

Loulou semble ne pas comprendre au début l’urgence de la chose, il semble abasourdi, il a toujours redouté que cela arrive à sa fille, c’est comme si à ce moment précis il avait mis la tête dans le sable, pour se protéger. Je sens à ce moment-là qu’il a besoin que je prenne le relais, je m’exécute, le temps qu’il se ressaisisse et soit d’attaque.

On file à l’hôpital le plus proche, on nous annonce un minimum de 5 heures d’attente. On ne cherche pas plus, on reprend la route pour l’hôpital qui avait si bien pris en charge notre fille à 3 semaines de vie pour une suspicion de sténose du pylore.
Il n’aura fallu que ce temps de trajet pour que l’allergie atteigne le visage. J’ai envie à ce moment précis de juste prendre sa place, c’en est presque animal, j’ai envie de saccager tout sur mon passage, se sentir impuissante et devoir laisser des inconnus toucher ma fille, déterminer quoi faire et comment, ça me rend malade et très possessive.

La pédiatre sur place force sur la bouche de Poucinette avec son abaisse langue pour voir comment est la gorge, elle force tellement qu’elle coupe la lèvre inférieure de ma fille. Je suis folle de rage, je me contiens pour ne pas que ma fille s’affole plus, mais celle-ci hurle la bouche en sang. La pédiatre ne s’excuse pas pour autant, elle dit qu’il faudrait que je relativise, elle se ravise d’en dire plus en voyant mon regard noir et le ton de ma voix qui monte, puis change totalement de sujet en nous reposant exactement les mêmes questions qu’au début de la consultation (ou comment essayer de noyer le poisson dans l’eau).

Enfin elle sort et la puéricultrice lui administre un antihistaminique et de la cortisone. Poucinette s’étouffe, elle enrage, elle est totalement crevée, désorientée. Et moi j’ai juste envie à ce moment précis d’ouvrir les vannes.

Ce mois d’octobre est toujours aussi délicat à passer, il a été le mois-bonheur d’il y a maintenant 3 ans, celui où notre Envolé avait décidé de se nicher sous mon nombril. Je me lève chaque jour en ayant une pensée pour lui, et chaque jour je ravale mes larmes. Mais voir ma fille dans cet état, j’ai tellement eu peur que cette allergie dégénère, et surtout je me suis sentie tellement impuissante que j’ai pris à nouveau en pleine face ce constat terrible : rien n’est acquis, pas complètement. On peut tout perdre du jour au lendemain, on ne tient rien dans nos mains, aucun bonheur, aucun malheur. On doit profiter ou subir, et ce, sans avoir notre mot à dire.

J’ai tellement eu peur pour elle, je ne la lâche plus depuis et je pense que de son côté elle a aussi besoin de m’avoir auprès d’elle, on se colle l’une à l’autre, et on savoure. On attend que l’orage passe, on espère qu’il y ait des jours meilleurs, et surtout je prie fort pour que rien ne vienne me voler ce bonheur-là.

Si moi j’ai failli perdre la vie à cause d’une allergie à la con, je ne veux pas que mon enfant subisse un sort semblable, ou pire encore. Je sais que pour un come back sur mon blog c’est très sombre comme article, mais j’avais besoin de coucher ces mots dans ma tanière bloguesque, encore et toujours. Parce que ce blog a tout vu passer, tous mes état d’âmes, mes bonheurs et mes deuils, ma victoire sur Dame Nature (qui est décidément une sale pute, qu’on se le dise).

J’aimerais trouver une sorte d’apaisement et cesser de trembler pour elle, mais je crois avoir compris depuis le moment où j’ai découvert « 101 ui » que ce serait mon bonheur et mon fardeau de m’inquiéter pour ce que j’ai de plus précieux au monde. Il en a été de même quand j’ai eu mon coup de foudre pour Loulou. Je crois que je vais me faire des cheveux blancs très très tôt – j’avoue en avoir déjà…snif – mais ce serait quand même cool que la vie nous file des coups de pouce !

En attendant, notre Poucinette a ses traitements et aujourd’hui elle va mieux même si tout n’est pas parti complètement. Je pense qu’il faudra compter plusieurs jours. Je vais essayer d’aller recharger les batteries pour être forte pour elle, pour nous, pour ne pas que mon coeur déjà très lourd ce mois-ci le soit encore plus à cause de mes inquiétudes…PFFF !

 

 
17 Commentaires

Publié par le octobre 16, 2016 dans Uncategorized

 

2 ans plus tard…

C’est bizarre la vie, elle peut tellement changer du tout au tout, on en oublierait presque les épreuves, les larmes et le temps qui s’étiraient lentement, l’écume des échecs qui émoussaient notre espoir d’y arriver. On l’oublierait presque, mais on n’oublie pas. On est dépourvu des sentiments de souffrance, on voit un peu comme un spectateur le fil de notre propre vie.

Cela fait deux ans que nous avons découvert qu’une petite perle avait fait choix de s’accrocher sous mon nombril, je n’avais pas beaucoup de foi en mon corps qui m’avait tant trahi, et je suis restée pendue au temps qui défilait semaines après semaines, je m’approchais du but ultime, et la lumière a fini par irradier complètement nos vies.

Je la vois aujourd’hui courir, ses éclats de rires me font penser à une source d’eau puissante et candide, elle a toujours les mêmes fossettes que son papa, elle a gardé ses grands yeux rieurs et charmeurs, et elle a grandi, grandi, grandi.

Et quand je regarde en arrière, j’en oublierais presque tous ces soirs où, plongés dans un désespoir sans nom, on n’arrivait pas à se projeter, à croire qu’on pourrait être nous aussi parents, on ne parvenait pas à se réjouir pour les autres, on détestait croiser la légèreté de ces couples fertiles suivis d’une ribambelle d’enfants, et aujourd’hui ils sont des amis, des personnes qu’on apprécie sincèrement sans arrière pensée.

Ce week-end a marqué une étape supplémentaire, celle où on voit partir lit bébé et commode à langer, celle où on voit sa petite fille s’endormir dans un plus grand lit, visiblement ravie puisque débarrassée de sa gigoteuse elle s’endort bras et jambes écartés en mode étoile de mer 🙂

Oui, ce temps où elle n’était qu’un petit nourrisson fragile et totalement dépendant de nous et de l’attention qu’on lui portait est révolu, et je devrais juste être heureuse de la voir grandir, mais je suis nostalgique. Plus que ça, j’ai l’impression de vivre un baby blues, chose que je n’avais jamais vécue. Se pourrait-il qu’il ne se manifeste que maintenant ? Quand on réalise que la vie continue et que de petits coups soulevant le ventre il n’y aura plus ? Que de petit bébé endormi contre mon sein il n’y aura plus ?

Je maintiens que nous n’avons plus envie de nous relancer dans une autre aventure pmesque, notre quotidien est bien trop délicieux pour vouloir replonger dans ce qui fut notre fardeau et notre victoire. Et les angoisses liées au début de vie de notre Poucinette RGO avec sa plicature à l’estomac ne me manquent aucunement, on peut dire qu’on avait hâte que tout ça soit fini, que notre fille grandisse et puisse manger sans avoir mal après, sans vomir. Mais alors, qu’est-ce donc que ce sentiment qui me tort le coeur et me donne envie de chialer ?

Je crois aussi que j’ai peur d’oublier, j’ai peur de devenir inattentive aux éventuelles difficultés des autres couples, je me montre présente dès que je constate qu’il y a des parcours difficiles, mais sans doute que je passe à côté d’autres sans même m’en rendre compte. Tout est un peu confus en ce moment…j’ai pourtant continué silencieusement à vous lire, à me réjouir pour les bébés arrivés ou encore bien au chaud, à être triste pour les échecs, les coups bas de Dame Nature.

Et c’est sans doute tout cela à la fois qui me pousse à écrire ces quelques mots, là où j’ai couché tant de mots sur les étapes de notre parcours, revenir à la source pour m’en abreuver et peut-être aussi me rassurer : on oublierait presque, mais on n’a pas oublié. Et ma reconnaissance envers notre donneur est toujours aussi immense, et c’est peut-être très con de ma part mais quand il y a eu ces attentats en Belgique j’ai tout de suite pensé à lui, j’ai prié qu’il ne soit rien arrivé à cet homme sans qui nous n’aurions jamais pu avoir notre douce petite fille, sans qui nous n’aurions jamais pu aimer, choyer, bercer notre enfant. J’espère que tu vas bien, toi cet homme que nous ne connaîtrons jamais, mais qui a pensé à des couples comme nous, qui a eu cette générosité, qui a accepté, demandé à donner quelques unes de tes si précieuses gamètes. Je crois que je puise à nouveau dans mes souvenirs, pour simplement comprendre la nécessité de ne jamais oublier, pour transmettre le flambeau à ma fille, qu’elle n’oublie jamais elle non plus, mais surtout qu’elle se souvienne même après notre mort combien nous l’avons toujours aimée et désirée, combien notre parcours a été bourré d’épreuves en tous genres, mais avec toujours cette même petite lumière au bout. Je sais que cette lumière c’était elle, et c’est pour cela que son prénom signifie « éclat du soleil, halo de lune »

Alors puissent ces changements, sa croissance me porter tout en me faisant regarder en arrière avec simplement cet apaisement que mes souvenirs apportent.

 

 

 

 

 
26 Commentaires

Publié par le avril 27, 2016 dans Uncategorized

 

Mon envol loin du nid…

Il y a de ces jours où quand on ouvre les yeux, on sait que les heures qui défileront seront spéciales, qu’elles auront un goût de changement, que ce même rayon de soleil qui vient faire du lèche vitrine le long de la fenêtre de votre chambre n’a pas tout à fait la même signification ce jour-là, et que le vent qui vient pianoter sur les feuilles jaunissantes de l’arbre face à votre baie vitrée n’a pas tout à fait la même force. Aujourd’hui est un jour comme ces jours-là.

J’ouvre les yeux, papillonne des cils à la lumière du soleil, j’y vois un sourire de mon enfant, là-haut. Je m’assois à ma table, et regarde paisiblement le vent danser dans les feuilles de cet arbre majestueux, et j’imagine mon bébé ange gardien sauter de feuilles en feuilles pour m’offrir un joli spectacle matinal, pour me faire sourire.
Ce jour si spécial…
Si spécial est ce jour, parce qu’il est un souvenir entrelacé à la réalité grandissante, il est cet ange qui s’était accroché en ce mois d’octobre, il est sa soeur qui est née après 9 mois de voyage, et qui a fêté ses 9 mois hors de son cocon.
Mes deux enfants m’accompagnent à leur façon, pour écrire sans trembler, pour m’apprendre à voler hors du nid, pour me dire que maintenant j’appartiens à la « vie normale », celle où on l’a rencontré l’amour, où l’on s’est engagés à s’aimer jusqu’au bout, celle où on a un enfant, celle où on a un travail, des responsabilités, des inquiétudes, des pleurs, des rires, mais toujours la même satisfaction au soir couchant de se dire que la vie nous a sourit.
Cette vie normale,tant espérée….me voilà prête. Un petit frère ou une petite soeur il n’y aura pas, on nous dit de ne jamais dire jamais. Je ne le dis pas, mais avec la certitude actuelle et nos souhaits respectifs à mon mari et à moi, nous n’aurons pas d’autre enfant.
Parce que cette vie normale, nous la choisissons à trois. Parce que courir le risque d’être à nouveau à 140bpm pendant 9 mois sans connaître l’issue à long terme n’est pas envisageable, parce que recommencer les traitements et la course au positif avec l’angoisse du cauchemar effroyable de perdre un autre ange n’est plus supportable, parce que nous voulons avoir les moyens de répondre aux besoins de notre enfant, l’entourer autant que possible pour faire d’elle une femme accomplie qui aura eu toutes les clés pour réussir, parfois grâce à ses parents, surtout grâce à elle qui devra forger la majorité d’entre elles. Parce que nous voulons lui montrer les beautés de la Terre, voyager et lui ouvrir l’esprit sur d’autres cultures. Parce que nous ne voulons pas être tentés de comparer, ou devoir gérer des conflits. Et parce que notre couple compte plus que tout, et qu’avant d’avoir un enfant et être parents, nous étions un couple. Que nous adorons être tous les deux, une fois que notre princesse est couchée. Avoir du temps pour nous, pour nous recentrer sur nous, et profiter de chaque souffle de notre moitié pour lui dire qu’il est notre tout, notre amour, notre besoin.
Ce jour est spécial, parce qu’il est temps. Temps de taper les tout derniers mots, qui eux aussi ont une saveur différente aujourd’hui. La tristesse n’est pas vraiment de mise, peut-être une certaine mélancolie sourde mais diluée dans beaucoup de reconnaissance. Celle que vous m’ayez lue, que vous m’ayez portée dans vos coeurs et sur vos épaules, vous ne pouviez m’offrir meilleure amitié, j’ai été comblée plus qu’il ne fallait et j’ai rencontré des personnes extraordinaires. Pour la majorité d’entre elles, elles sont mamans aujourd’hui. Quelques-unes demeurent le ventre vide, mais je reste à leurs côtés tout comme je reste à vos côtés.
A toi mon enfant, mon Ayline qui lira un jour ces lignes : je veux que tu saches que ton papa et moi avons été fous aux yeux des autres, avons été désespérés pour certains, avons été associables pour beaucoup, et aigris pour tous. Mais nous avons mené le plus beau des combats, puisqu’il nous a menés jusqu’à toi. Avoir perdu de l’estime aux yeux d’autrui ne nous a jamais empêché de continuer à nous battre pour avoir notre merveille. Ca en valait la peine, TU en valais la peine.
Merci à la PMA d’exister, merci à notre donneur que nous n’oublierons jamais, merci à vous mes lectrices que je connais et celles de l’ombre, merci à toi Ayline qui nous fait chavirer d’amour et rend nos coeurs tout chamallow, MERCI A LA VIE.
 
27 Commentaires

Publié par le octobre 2, 2015 dans Uncategorized

 

Des premiers pas…

Avant de commencer mon article, je tenais à vous remercier (les pmecs et pmettes concernés se reconnaîtront) d’avoir pris le temps de lire mon dernier post et d’avoir commenté avec autant de bienveillance. Je me suis ouverte à vous je ne sais trop par quel courage (parce qu’il en faut pour livrer des choses aussi lourdes), mais ce que je sais c’est que j’avais suffisamment confiance en vous pour vous partager une petite part de mon vécu. J’ai préféré par sécurité de passer mon article en mode « protégé par un mot de passe » car on ne sait jamais, mais je voulais vous dire combien j’ai été touchée par ce mouvement de douceur et d’empathie. Merci ❤

Ce mois a été incroyable, chargé, différent. Le plus incroyable a été les premiers pas de notre Poucinette le 12 août à marquer d’une pierre blanche. Nous la tenons bien sûr, mais la demoiselle fait tout le reste et nous sommes vraiment contents pour elle car elle a toujours adoré découvrir les choses par elle-même. Le quatre pattes ne l’aura décidément pas tenté plus que ça, le plus important est qu’elle se sente bien et elle semble kiffer la life de marcher comme une grande 🙂
Il a fallu ranger les petites chaussures à la semelle toute molles qu’on achetait pour le plaisir, pour coordonner les tenues, pour profiter juste à fond d’avoir une petite princesse pour se lâcher sur les accessoires. Et courir les magasins trouver des chaussures taille 18, ce qui n’est pas une mince affaire ! Je recommande vivement Auch*an pour les mamans qui ont aussi des petits bouts pressés de courir, ils ont des chaussures vraiment sympa et à partir de 18.

La deuxième chose incroyable a été l’adaptation à la crèche où nos sentiments à Loulou et moi ont été ambivalents. On a très bien vécu cette séparation mais on courait vite rejoindre notre puce et on ne la quittait plus (elle ne dit pas non la chipie, si elle pouvait être bisouillée et câlinée à longueur de journée avec des moments de joujous avec nous ce serait le paradis sur terre 😉 ). Mais parlons du plus important, comment Poucinette a vécu ses premiers moments en crèche : TOPISSIME. Pas un pleur, des siestes tout comme à la maison, un peu plus difficile à nourrir mais ça s’est tout de même très bien passé à force de patience et de comptines pour détourner son attention. Elle s’est fait un copain en particulier avec qui elle se marre devant un grand miroir placé à leur hauteur. Ils s’éclatent à se regarder tous les deux devant et à se sourire 😀
Elle a déjà fait beaucoup de progrès, maintenant elle fait les marionnettes avec ses mains, fait de nouveaux sons, fait « chuuuut », fait non avec la tête, se balance pour exprimer sa joie. Je pense que la crèche lui fait le plus grand bien, le personnel est génial et respecte son rythme, franchement nous la leur confions les yeux pratiquement fermés 😉 (on veille toujours, c’est normal !)
Lundi je commencerai ma reconversion pro, nous aurons tous les trois un épanouissement personnel et ce sera un plus grand bonheur de se retrouver le soir.

Notre préoccupation pour elle concernait ses douleurs dentaires. Pas une quenotte en vue, et elle souffrait tellement depuis ses trois mois ! Alors bien sûr on a entendu tous les conseils les plus cons, à savoir frotter du sucre sur la gencive pour la faire saigner et faciliter la percée des quenottes, ou encore appuyer sur la gencive à l’aide d’une cuillère. La pédiatre a ouvert des yeux ronds quand elle a entendu ça, et nous a dit que c’étaient des méthodes très barbares et qu’il serait temps que les gens laissent la nature faire et les petits évoluer à leur rythme. Nous avons la chance à notre époque d’avoir de quoi soulager les petits autant que possible – je pense au doliprane – et avoir des anneaux de dentition et autres jouets que bébé trouvera suffisamment à son goût pour mordiller jusqu’à trouver un certain soulagement.
Et ENFIN une quenotte a percé depuis deux jours ! Elle est bien coupante la coquine, si bien que ça a fait tout drôle à Loulou de passer son doigt dessus pour masser les gencives de SA fille – oui c’est décrété, c’est SA fille – mais comme il était fier d’elle ! C’est une sacrée étape de passée et que nous avions hâte de voir arriver car voir son enfant souffrir et être totalement tributaire du temps qui oeuvre à son rythme, c’est chaud cacao.

Nous avons aussi profité de la météo parfois très généreuse en soleil pour faire découvrir à Poucinette la plage. Elle a adoré marcher dans le sable mouillé et enfoncer ses doigts de pieds dedans. Elle a aussi repéré un caroussel magnifique au coucher du soleil, et voir ses grands yeux émerveillés s’attarder sur les petits chevaux qui montent et descendent, les lumières partout, et la regarder danser de bonheur, on n’a pas pu résister…notre petite puce a fait son baptême de manège 🙂
Les sorties ont été nombreuses et plus elle grandit plus c’est facile de s’organiser (sans doute aussi parce qu’on gagne en organisation rapide et ordonnée depuis qu’on a notre fille) pour se faire des promenades sympa sans avoir le stress de se demander si elle sera à son aise pour manger et être changée sur place.

J’en viens à mon dernier point. Les premiers mois n’ont pas été faciles dans le sens où je ne sortais pas des masses, déjà à cause des douleurs causées par la césarienne, mais aussi parce qu’Ayline a eu beaucoup de soucis avec sa plicature à l’estomac, ses vilaines coliques, et le bib toutes les trois heures c’est juste impossible de se faire une vraie promenade.
J’ai eu beau retrouver vite ma ligne, je ne me sentais pas belle, un espèce de tas flasque, les cheveux tombant en masse, le teint terne et toujours à me choper tous les virus saisonniers.
Mine de rien ça impacte sur le couple, et il m’était difficile de me sentir bien dans ma peau, désirable en somme. Je crois que beaucoup de mamans passent par là et je crois aussi qu’il est important de partager ça pour qu’on se sente comprise. Il y a un temps pour tout, et c’est clair que les premiers mois bousculent nos vies de façon extraordinaire mais apportant aussi son lot de difficultés et, soyons honnêtes, de larmes (« Mais pourquoi il pleure????? j’ai pourtant tout bien fait, je suis une mauvaise mère, bouhouhouhou »).
Avec les vacances de Loulou et le fait que Poucinette grandisse, j’ai pu enfin avoir du temps rien que pour moi. A commencer par une épilation chez l’esthéticienne (qui m’a fait affreusement mal -oui c’était la première fois – mais c’est trop bon de prendre soin de soi), puis du shopping, des promenades le long de la voie verte à pousser la poussette en rollers comme une dératée avec mon short et ma ceinture de sudation (efficace !), un tour chez le coiffeur, des achats de cosmétiques pour essayer de ravaler la façade… .

Ce huitième mois est donc un renouveau. Ca ne va pas être de la tarte de trouver un nouvel équilibre avec la reprise des études mais je crois qu’on en est capables !

 
24 Commentaires

Publié par le septembre 5, 2015 dans Uncategorized

 

Protégé : Ce que j’aurais aimé que tu fasses, que tu dises…

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

 
Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Publié par le septembre 2, 2015 dans Uncategorized

 

Bienvenue à Camilloue !

Camilloue est tombée sous le charme de la Maison des Lutins et avec son Pirate, ils ont décidé de faire cap sur la Belgique pour essayer d’avoir un tit mousse 🙂

Tout comme chacune d’entre nous, elle a besoin de votre soutien, de vos sourires et de votre punch pour combattre cette saloperie de DNLP.

Retrouvez-la à cette adresse :

https://lacarteautresor.wordpress.com

 
6 Commentaires

Publié par le août 18, 2015 dans Uncategorized

 

C’est tellement injuste…

Pourquoi nous ? Pourquoi pas ce couple là ? Pourquoi la vie nous a sourit, pourquoi c’est nous qui serrons dans nos bras un bambin, et pas eux, vous ?

La vie est écoeurante d’injustices en tous genres, je mesure chaque jour la chance immense que j’ai d’avoir pu porter la vie jusqu’au bout du bout, malgré la MAP nous avons pu embrasser un bébé en pleine forme à 4 jours du terme. Pourquoi nous ? Pourquoi pas ce couple qui pleure en silence et meurt à petit feu sous les coups de pute de DNLP ?

J’ai tant de tristesse quand je repense à cet homme qui nous a livré la chambre de Poucinette et qui n’arrivait pas à avoir un enfant avec sa femme…mon coeur est tellement serré quand je croise des regards envieux aux courses, parfois ces regards en viennent à devenir agressifs, amers mais je ne peux leur en vouloir, je comprends tellement. Ils ne savent pas, ils ne peuvent pas savoir que l’enfer a été traversé et que nous y avons laissé un petit amour et avec lui un bout de nos coeurs. Mais pourquoi nous et pas eux ?!

A ces occasions de moins en moins rares ou quand je vois telle ou telle femme qui rêve d’être mère mais qui ne le dit pas, qui regarde notre Poucinette et tente de cacher sa peine, je ne peux m’empêcher d’aborder innocemment que si cette petite fille est là c’est au prix de grandes souffrances, par un parcours encore trop plongé dans la pénombre du tabou. Oui j’apporte notre parcours, nous nous mettons à nu d’une nouvelle manière et tentons de donner de l’espoir et surtout de l’écoute. Mais j’aimerais tant, tant faire plus…pourquoi nous, pourquoi pas eux aussi??

Pourquoi la mort de nos bébés, pourquoi ces « fausses » couches? Pourquoi nous et certains d’eux? Les larmes montent quand je pense à vous, j’aimerais tellement vous envoyer tout le courage possible, et vous affirmer avec certitude qu’il y a un bout à votre interminable et insoutenable tunnel…pourquoi vous….vous mes amies, celles à qui je vous ai livré les secrets torturés de mon coeur, vous qui m’avez supporté dans mes états de colère, de découragement, d’espoir, de joie, d’anxiété, vous qui pourtant avez aussi votre lot de chagrin et qui portez un bagage de plus en plus lourd d’échecs vous continuez de me lire…pourquoi moi ?

Je n’aurai sans doute jamais la réponse à mes questions, j’ai tellement peur pour vous quand la souffrance domine tout le reste…ma douce Zabou, oh comme je pense à toi plus que jamais… j’ai tellement peur que la vie soit une sale connasse et fasse encore souffrir plusieurs d’entre vous au lieu d’accorder tout simplement ce que tant d’autres couples arrivent à avoir l’histoire d’un soir !

Tout ce que je peux vous dire, c’est : courage ❤ nous ne savons de quoi demain est fait, nous ne savons pourquoi nous existons précisément ni quelles personnes croiserons notre chemin, mais nous avons au moins la main mise sur notre espoir qui demeure toujours quelque part en nous. Que cet espoir continue de rythmer votre combat, et que celui que j’ai pour chacune d’entre vous vous apporte au moins un peu de réconfort. J’ai foi en vous, en votre capacité de vous relever. Je vous envoie toute ma tendresse et mon affection.

 
5 Commentaires

Publié par le août 14, 2015 dans Uncategorized